Fondations d’utilité publique … vraiment ? dans "Spécial Investigation" ce soir sur Canal+

Publié le 27 Juin 2016

Stéphane Haumant (Crédit photo Philippe Mazzoni / Canal+)

Stéphane Haumant (Crédit photo Philippe Mazzoni / Canal+)

Ce lundi à 23h15, Stéphane Haumant nous proposera sur Canal+ dans "Spécial Investigation" une rediffusion de l'enquête de Pauline Liétar « Fondations d’utilité publique … vraiment ? ».

Il existe plus de 3 700 fondations en France qui récoltent de l’argent pour toutes sortes de causes (santé, éducation, environnement, culture…). 634 d’entre elles bénéficient d’un statut très particulier, celui « d’utilité publique », décerné par l'Etat français, pour servir l'intérêt général. Gage de sérieux, ce statut confère de nombreux avantages fiscaux (dons déductibles des impôts, pas de droits de succession, pas d’impôts sur les plus-values). Ces fondations au label convoité sont contrôlées par le ministère de l’Intérieur.

Mais aujourd'hui, plusieurs de ces fondations prestigieuses sont sous le feu des critiques. La cour des Comptes enquête sur une fondation s’occupant de protection animale, suspectée de trahir certaines de ses missions. L’IGAS (Inspection Générale des Affaires Sociale) a rappelé à l’ordre la « Fondation Raoul Follereau », spécialisée dans la lutte contre la lèpre. La « Fondation du Bénévolat », créée par Michèle Alliot-Marie aurait reçu des subventions publiques dans des conditions prêtant à discussions. Quant à la « Fondation Jérôme Lejeune », elle milite ouvertement contre la loi de la République française autorisant l’IVG.

Arrière-pensées politiques, gestion opaque, défaut de surveillance, le système des fondations d'utilité publique pose aujourd'hui de nombreuses questions. Dans un rapport confidentiel, le ministère de l’Intérieur admet qu’il n’a pas suffisamment de moyens pour les contrôler.

Pour SPECIAL INVESTIGATION, Pauline Liétar enquête sur ces organisations caritatives très fermées qui drainent chaque année des centaines de millions d’euros.

Rédigé par Sarah

Publié dans #Canal+

Commenter cet article