Non élucidé revient sur L'affaire Grégory Villemin sur France 2

Publié le 26 Janvier 2014

Non élucidé revient sur L'affaire Grégory Villemin sur France 2

Ce dimanche à 22h45, Arnaud Poivre d'Arvor, avec la participation de Jean-Marc Bloch, présentera sur France 2 une nouveau numéro de "Non élucidé", un magazine qui se propose de revenir sur ces enquêtes criminelles restées dans l'impasse. Chaque épisode raconte ainsi une affaire non résolue en revenant en détail sur toutes les zones d’ombre, en pointant toutes les questions restées sans réponse dans l’espoir de rouvrir des pistes abandonnées voire de soulever de nouvelles hypothèses.

Le quatrième numéro de cette nouvelle saison est consacré à L'affaire Grégory Villemin.

Le 16 octobre 1984, après sa journée de travail à la Manufacture de Couture des Vosges, Christine Villemin, regagne avec son fils Grégory âgé de 4 ans sa maison de Lépanges sur Vologne.

Arrivés chez eux, l'enfant demande à rester jouer dans le jardin. 20 minutes plus tard, le petit garçon a disparu. À 17h30, un corbeau revendique l'enlèvement de Grégory par téléphone. À 21H15, sur les berges de la Vologne, la rivière qui traverse le petit village de Docelles, les pompiers découvrent le cadavre de l'enfant.

Le lendemain, les parents reçoivent une lettre : « J'espère que tu mourras de chagrin le chef. Ce n'est pas ton argent qui te redonnera ton fils. Voilà ma vengeance. Pauvre con ». Le corbeau est-il le meurtrier de l'enfant ? A-t-il des complices ?

Bernard Laroche, un cousin germain du père de l'enfant est soupçonné et mis en examen. Quelques semaines plus tard, Jean-Marie Villemin, le père de Grégory l'abat froidement devant chez lui. Quelles charges existait-il vraiment contre Bernard Laroche ?

La presse se déchaîne. Les articles et reportages colportent les rumeurs. L'instruction s'emballe. Christine Villemin devient peu à peu le suspect numéro 1.

En 1993, la justice reconnaît l'innocence de Christine Villemin.

Cela va faire 30 ans que l'affaire Grégory Villemin a éclaté. 30 ans que magistrats, experts et journalistes cherchent à comprendre comment le meurtre terrible d'un petit garçon de 4 ans est devenu un gâchis judiciaire et humain. Mais l'espoir de savoir enfin la vérité est toujours tenace grâce au progrès de la science. Le nom du tueur se cache peut-être derrière un ADN qui reste à révéler sur un scellé.

Crédit photo : France 2 / Eric Vernazobrès

Rédigé par Sarah

Publié dans #France 2

Commenter cet article