Notre avis sur... la nouvelle version de On n'demande qu à en rire

Publié le 11 Avril 2014

Notre avis sur... la nouvelle version de On n'demande qu à en rire

Depuis Lundi, On n’demande qu’à en rire (ONDAR) est revenu à l’antenne de France 2. Après les échecs successifs des talks shows de Sophia Aram et de Laurent Ruquier, France 2 a décidé de redonner sa chance à cette émission. Fan de la première heure, je fus à la fois content et surpris lors de l’annonce de son retour à l’antenne. Content, car c’est la seule émission sur une chaine en clair qui permet de découvrir des nouveaux talents, et de les revoir. Surpris, puisque France 2 avait écarté l’émission jugeant les audiences insuffisantes, pour laisser la place à Sophia Aram et je ne m’attendais donc pas à revoir de si tôt ONDAR.

Notre avis sur... la nouvelle version de On n'demande qu à en rire

Point sur le concept et les premières saisons
Pour ceux qui ne connaissent pas encore ONDAR, voici un petit résumé : quatre humoristes viennent à tour de rôle présenter un sketch auprès du public du Moulin Rouge et d’un jury constitué de quatre professionnels. Chaque humoriste est noté de 0 à 20 par les membres du jury et le public, après leur passage. De bonnes prestations permettront aux humoristes de continuer l’émission (le minimum requis étant une moyenne de 12/20). Il pourra donc revenir lors d’une prochaine émission. A l’inverse, une mauvaise prestation et les mauvaises notes tombent. Le jury a également un pouvoir : le « buzzer ». Un membre du jury peut « buzzer » si un sketch ne lui plait pas. Si un deuxième membre du jury buzz, le sketch s’arrête immédiatement.

Comme je l’ai dit au début de l’article, je suivais de près cette émission que j’adorais. On a pu découvrir de nombreux comiques qui ont tous un humour propre à leur personnage, capable de capter différents public (car oui, on ne peut pas non plus tout aimer !). Sont issus de l’émission des talents comme Arnaud Tsamere, Jeremy Ferrari, Olivier de Benoist (ODB), Kev Adams, Florent Peyre ou encore Nicole Ferroni.

Malheureusement, l’émission s’essouffla durant la troisième saison : les anciens ont volé de leurs propres ailes ; Laurent Ruquier quitta l’émission à cause de son emploi du temps surchargé et fut remplacé par Jérémy Michalak ; et surtout : de moins en moins de talents (au contraire des premières saisons). Les audiences restaient plutôt bonnes et ont réussi à se maintenir. Ce fut donc une réelle surprise de voir l’émission disparaitre totalement des antennes.

Notre avis sur... la nouvelle version de On n'demande qu à en rire

Un retour qui peut être réussi
Moins d’un an plus tard, ONDAR revient sur les antennes de France 2. Et nous ne sommes pas perdu : même plateau (Moulin Rouge), mêmes décors, même logo, même générique (nana naaaaaaa, nana naaaaa).

Mais des changements notables : Catherine Barma, Jean Benguigui et les autres membres récurrents du jury ont tous été remplacés par de nouvelles têtes qui ne sont pas forcément connues du grand public, mais reconnus dans leur profession : Laurent THIBAULT (directeur de l’antenne de Rire et Chansons), Stéphanie BATAILLE (humoriste), Grégoire FURRER (qui dirige le Montreux Comedy Festival), et Marie-Pascale OSTERRIETH (metteur en scène de théâtre). Un jury qui, pour ses premiers pas, donnent pleinement satisfaction : un regard très professionnel vis-à-vis des prestations, un avis critique à partager mais avec de bons conseils.

Autre changement, l’arrivée d’un « parrain ». Ce dernier est un ancien « pensionnaire » d’ONDAR qui assiste toute la semaine à l’émission. Outre son rôle d’intervention sur la prestation de chaque humoriste, il a surtout la possibilité de « sauver » l’un d’eux s’il n’a pas atteint la note minimale. Il le parrainera ensuite en travaillant avec lui sur son prochain passage. C’est pour moi une très bonne chose puisque cela permet de redonner une deuxième chance à une personne ayant du potentiel, mais qui a pu se rater (ça arrive à tout le monde). Et puis revoir les anciens, c’est toujours sympathique pour nous et c’est aussi un joli remerciement pour l’émission. Arnaud Tsamere est d’ailleurs le premier à avoir endossé ce rôle.

Notre avis sur... la nouvelle version de On n'demande qu à en rire

Dernier grand changement : l’animateur. Jérémy Michalak n’a pas souhaité poursuivre et c’est donc Bruno Guillon qui prend les rênes de l’émission. Excellent à la radio (Virgin puis Fun Radio), j’avoue avoir émis un doute à Jérémy (NOTRE Jérémy). Au vu des audiences de France 2 sur la case 18h-19h, j’ai eu un gros doute sur la capacité de Bruno Guillon à réussir à s’imposer sur un créneau difficile, ayant la forte impression qu’on l’envoyait se « casser les dents ».

Et bien je mérite une gifle ! Il est tout simplement à sa place dans ce genre d’émission. Toujours de bonne humeur, comme à la radio. Je l’ai senti de plus en plus à l’aise, toujours prêt à lancer une plaisanterie, à détendre les humoristes… Il est content de présenter l’émission, et ça se ressent. C’est un vrai bon choix de la part de France 2, et je suis certain qu’il peut réussir !

France 2 a donc su conserver les fondamentaux, tout en apportant une fraicheur à On n’demande qu’à en rire. Toutefois, la case horaire reste très difficile, d’autant plus que les téléspectateurs ont fui la chaine suite aux deux échecs des émissions précédentes. En ayant vu les émissions de mardi et de mercredi, je suis convaincu que Bruno Guillon et les humoristes d’ONDAR réussiront leur pari : faire revenir les téléspectateurs ! Pour moi, ce sera le cas !
Que vous ayez eu une bonne ou une mauvaise journée, allumez vos télévisions à 17h50 sur France 2 pour 45mn de rire !

Crédit photo : Gilles Gustine / SIPA / FTV

Rédigé par Brice

Publié dans #ONDAR, #France 2

Commenter cet article

Têtem 15/04/2014 19:00

Parfaitement d'accord s'agissant de Bruno guillon. Un gros doute mais franchement il assure. Il faut laisser le temps à l'émission qu'elle retrouve son rythme de croisière..... Ça va le faire!

Onden 11/04/2014 14:48

Wait and see......