On a vu... Revolution, la nouvelle série de NT1

Publié le 4 Avril 2014

On a vu... Revolution, la nouvelle série de NT1

Comme nous vous l’annoncions hier, la chaine NT1 a acquis les droits de diffusion de deux nouvelles séries dont la dernière production de J.J Abrams : Revolution. L’occasion pour moi de vous faire découvrir cette série et de vous donner notre avis.

J.J Abrams et les séries US, c’est une longue histoire d’amour, et parfois de désamour. Il aura connu autant de succès (Alias, Lost, Fringe, Person of Interest…) que de déceptions (Undercovers, Alcatraz…). C’est en 2012 qu’il lance avec Eric Kripke la série Revolution, diffusée sur les chaines américaines par NBC. Fait-elle partie de la liste des séries à succès ou au contraire, fait-elle partie des déceptions ?

La série
Revolution nous plonge une nouvelle fois dans un monde post-apocalyptique. Décidément, en ce moment, ce sujet est traité de différentes manières : guerre atomique, virus mortel, morts-vivants… Mais ici, le monde est touché par un blackout total où toute sorte d’énergie électrique a mystérieusement disparue. Fini les tablettes tactiles, les téléphones, les ordinateurs, la télévision, la radio, les voitures, les chars… mais surtout les usines de production, les hôpitaux, les services ... et retour au moyen-âge !

15 ans plus tard, l’électricité n’est pas revenue. L’ensemble de la population n’a toujours pas connaissance de cette subite disparition, autant improbable que contraignante. Les nations n’existent plus, les différents gouvernements ayant été remplacés par des « milices ». Mais la vie continue, et la population s’est dispersée. Quand certains sont restés dans les villes, la plupart ont préféré migrer vers les régions fertiles et agricoles, pensant vivre une vie plus calme, protégée des milices. Mais c’est sans compter sur le pillage des ressources et les diverses taxes imposées par celles-ci.

Dans l’un de ces villages, au fin fond de la « République de Monroe », la vie de la famille Matheson va basculer lorsque la milice arrive pour capturer Ben, le père. Au cours de l’altercation, celui-ci se fait tuer et la milice va repartir en capturant son fils Danny pour être jugé. Apprenant que son père connaitrait les origines du blackout, Charlie, sa fille ainée, se met en route pour retrouver son frère. Au fur et à mesure de sa quête, elle obtiendra des réponses sur son passé. Des réponses pouvant changer le futur de la population, dans l’espoir d’un monde meilleur…

On a vu... Revolution, la nouvelle série de NT1

Un casting de choix

Pour éviter toute déconvenue, J.J Abrams a voulu s’entourer d’un casting de choix, notamment d’Elizabeth Mitchell avec qui il a déjà travaillé (Juliet dans Lost). On retrouvera également Giancarlo Esposito, le grandissime Gustavo Fring de Breaking Bad ; Billy Burke de 24h ou encore Marc Pelligrino (Lost, Dexter, Supernatural…). Des acteurs plutôt connus.

Très clairement, le jeu des acteurs cités est bon. On retrouve Elizabeth Mitchell dans son rôle phare de femme tourmentée ou encore Giancarlo Esposito dans le rôle du méchant charismatique, calme et psychopathe, qu’il joue à la perfection. Je suis un grand fan de cet acteur depuis Breaking Bad, et j’espère vraiment que les producteurs penseront à lui pour ce type de rôle. Je suis également surpris par David Lyons, très bon dans son rôle de Sébastian Monroe qui dirige la milice.

Malheureusement, on tombe rapidement dans les clichés, et les autres acteurs ne sont pas toujours à la hauteur. Charlie, le personnage central de cette série, est une vraie tête à claque… L’adolescente teigneuse voulant absolument vaincre tout le monde, mais qui va passer la majeure partie de son temps à pleurer (cliché !). Fort heureusement, cela s’améliore au fur et à mesure des épisodes. La petite s’endurcit, ce qui est normal au vu de l’histoire (et du cliché). Mais que c’est lourd ! Et l’actrice joue vraiment très mal la comédie…

A cela, ajoutez le béni-oui-oui et intello présent dans toutes les bandes, représenté ici par un geek (cliché : barbu et obèse) ; l’oncle militaire capable de vaincre une armée à lui tout seul (cliché : bad guy), le petit frère qui ne sait pas s’évader… Bref, des clichés, toujours des clichés, surtout que certains personnages ont un rôle important qu’à partir de la fin de saison. On se demande donc pendant une bonne partie de la saison ce qu’ils font là, alors qu’ils auraient mieux fait de rester au village et de s’occuper des poules ou du maïs…

On a vu... Revolution, la nouvelle série de NT1

Notre avis
L’histoire était prometteuse. Le sujet (surprenant il faut l’avouer !), n’a jamais été abordé auparavant : comment l’électricité peut-elle disparaitre, comme ça, d’un seul coup ? Revenir dans un monde moyenâgeux, le retour des dictatures, la chute des gouvernements et le mystère de la disparition de l’électricité étaient des bons sujets à traiter. Mais nous attendions surtout les réactions de la population, nous, pauvres petits humains que nous sommes, addictes à nos smartphones, à nos télévisions, aux moyens de transports… comment réagirions-nous face à ce bouleversement ? Malheureusement, ces sujets ne seront que très rarement traités, si ce n’est quelques flashbacks rappelant l’époque où l’électricité était présente (flashbacks toujours bien maitrisés par l’un des maitres du genre), la réaction des personnages principaux de chacun lors du blackout et de leur parcours.

Revolution perd également en crédibilité. Des personnages qui ne rajeunissent pas dans les flashbacks (alors qu’il y a une différence de quinze ans entre le passé et le futur), des habits toujours propres et neufs (ils devraient bien finir par s’user quand même au bout quinze ans !) un jeu d’acteur parfois à la limite du ridicule notamment lors des scènes de combat… Difficile dans ces conditions de se mettre dans l’ambiance et d’y croire vraiment.

La série a quand même quelques qualités. Notamment son sujet. Un mystère qui aurait pu être crédible sans les défauts cités précédemment. Les réponses à ce mystère sont d’ailleurs données au fur et à mesure de l’histoire, ce qui est un point plutôt positif, surtout avec J.J Abrams. Des suspens réguliers viennent conclurent certains épisodes.
Contre toute attente, au vu des divers clichés, je m’attendais à tomber très rapidement sur une histoire d’amour, voir un triangle amoureux… Et bien non. Revolution s’attarde beaucoup plus sur les valeurs familiales et sur la vie en communauté que sur les histoires d’amour. La série a su aussi corriger certaines de ces faiblesses, notamment le rythme. Des premiers épisodes très longs, avant de rentrer dans le cœur de l’action lors de la seconde partie.

Toutefois, ces changements arrivent tardivement et ses défauts auront probablement raison d’elle (à moins d’un miracle). Après une première saison qui aura su attirer en moyenne 7,2 millions d’américains (soit un score honorable), Revolution a vu son audience s’écrouler au cours de la seconde saison. Diffusée actuellement sur NBC, elle a perdu près de 2 millions de téléspectateurs en moyenne. Une grosse partie du public a clairement abandonné la série et la troisième saison n’a toujours pas été confirmée alors que la seconde s’apprête à se terminer.

En France, elle sera donc diffusée sur NT1 dès le 25 avril prochain à 20h50. N’hésitez pas à partager votre avis, et je vous encourage vivement à voir les premiers épisodes (en espérant que le doublage français ne soit pas une catastrophe). Certes, cette série a beaucoup de défaut. Pour autant, tout n’est pas à jeter et Revolution saura combler les vendredi soir de certains d’entre vous.

Rédigé par Brice

Publié dans #NT1, #Revolution, #Preview's Séries by Klo & Brice

Commenter cet article

Brice 04/04/2014 18:17

Merci à vous deux ! Effectivement, je vous conseille de voir les premiers épisodes pour vous faire votre avis.
J'ai tenu jusqu'à la moitié de la seconde saison pour ma part !

Nadia 04/04/2014 16:39

Bon article ! Je me laisserai tenter par la première soirée de NT1 avant de me faire mon avis ! En espérant que si la série me plaise, qu'elle aura une vraie fin en cas d’annulation...

Marion 04/04/2014 15:41

Ouh là, la série m'attirait mais après avoir lu l'article je vais y réfléchir à deux fois :)