Les épreuves de la saison de « Qui sera le prochain grand pâtissier ? »

Publié le 20 Mai 2014

Les épreuves de la saison de « Qui sera le prochain grand pâtissier ? »

Dès ce soir, France 2 diffuse chaque mardi à partir du 20 mai la deuxième saison de « Qui sera le prochain grand pâtissier ? ».

Cette saison, dix candidats concourent afin de devenir le prochain grand pâtissier de l’année. Ils sont préparés, soutenus, aidés, entraînés par les stars de la pâtisserie.
Les chefs reçoivent dans leur pâtisserie, à Paris et en régions, les candidats afin de leur faire partager leur savoir-faire.

Tout au long des émissions, les candidats confrontent leurs connaissances, leurs techniques et leur créativité au cours d’épreuves qui mèneront le plus doué vers la victoire.

Pour les candidats, l’enjeu est double : gagner ce concours afin d’être désigné comme prochain grand pâtissier de l’année et, grâce à cela, remporter un tour du monde des plus grands établissements pâtissiers et la publication de son propre livre de recettes.

Les différentes épreuves :

Si j’étais un dessert, je serais...
Nos pâtissiers ont trois heures pour proposer au jury le dessert qui leur ressemble, un dessert qui doit traduire leur personnalité. Une réalisation pour laquelle ils ont carte blanche. Pour nos quatre jurés, c’est un excellent moyen de mieux connaître les candidats dès le début du concours. La

Pièce montée
Au château de Valençay, dans l’Indre, là-même où, au début du XIXe siècle, a officié le grand Antonin Carême (« le roi des chefs, le chef des rois »), nos pâtissiers seront confrontés à un défi de taille. En équipe, ils auront quatre heures pour réinterpréter à leur manière une des plus célèbres inventions pâtissières du maître : la pièce montée.

Le Merveilleux
Le Merveilleux est une spécialité du nord de la France qui combine meringue, crème montée et chocolat. Mais c’est aussi LE dessert préféré de Pierre Marcolini depuis l’enfance. Sous les yeux du chef, les pâtissiers vont retravailler à leur manière ce classique.

Le Gâteau à la broche
Dans le sud-ouest de la France, ce dessert est une institution. Et c’est en plein coeur du marché de Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées, que nos pâtissiers vont devoir moderniser ce gâteau traditionnel. Mais il leur faudra apprendre à maîtriser un tour de main et une technique de cuisson très spectaculaires.

La Boutique éphémère
Depuis la première saison du concours, c’est une épreuve que nos pâtissiers attendent avec impatience et inquiétude à la fois. En effet, en plein coeur du jardin d’acclimatation à Paris, ils vont créer de toute pièce leur première boutique rien qu’à eux. Ils doivent tout gérer de A à Z : la décoration de leur stand, le choix des ingrédients et des préparations, le prix de vente de leurs gâteaux, etc. Bref, ils sont à la tête de leur première boutique. L’intégralité de leur chiffre d’affaires sera reversée au Secours populaire. Le Dessert à la tomate C’est l’un des fruits (un fruit, en effet !) les plus consommés dans le monde. Nos pâtissiers auront deux heures trente pour proposer au jury un dessert à l’assiette (dessert de restauration) à base de tomate.

La Pièce artistique
Il s’agit de l’épreuve la plus longue du concours : sept heures et pas une seconde pour souffler. Les candidats devront réa­liser une pièce artistique exclusivement à base de sucre et de chocolat sur un thème choisi par le jury.

Le Buffet de prestige
C’est l’épreuve la plus exigeante. En cinq heures et avec l’aide de deux commis, nos pâtissiers devront réaliser un buffet de prestige en l’honneur des plus grands noms de la pâtisserie française (meilleurs ouvriers de France, champions du monde de pâtisserie, etc.). Bref, la crème de la profession sera là.


Crédit photo : VU Laurent / FTV / SIPA

Rédigé par Jeremy

Publié dans #France 2

Commenter cet article