Avec "Into the french Wild", Nat Geo Wild lance en octobre sa première production française

Publié le 12 Septembre 2014

Avec "Into the french Wild", Nat Geo Wild lance en octobre sa première production française

Dès le 9 octobre, Nat Geo Wild diffusera tous les jeudis à 17h20 et 20h35 « Into the french Wild », une série documentaire de cinq épisodes de 52 minutes.

En France, au-delà des immeubles et des zones industrielles se trouve un autre monde. Une vie sauvage aussi riche qu’époustouflante. Une nature aussi belle que globalement méconnue. Pour cet automne, Nat Geo Wild vous offre un voyage exceptionnel au cœur de cette France sauvage. Durant 5 épisodes, Rémi Dupouy nous emmène à ses côtés pour une plongée plus vraie que nature en bas de chez vous.

Saviez-vous que l’on trouve l’Aigle royal sur les plus hauts sommets du centre de la Corse, des Ours bruns au cœur des Pyrénées, des loups dans les forêts des Alpes ou des phoques sur les côtes bretonnes ?

Passionné de botanique et de nos belles régions, Rémi Dupouy s’engage dans la première production 100% « frenchy » de Nat Geo Wild sur les traces de ces espèces rares, animaux mythiques et pourtant si familiers. Ses explorations seront le point de départ d’un voyage unique à la découverte de la faune et de la flore… sur le pas de nos portes. En partant à la recherche d’un animal mythique à chacune de ses étapes, Rémi va s’entourer des meilleurs experts dans chaque région pour mener à bien sa quête.

Terre de mystères et de légendes, le voyage commence le 9 octobre en Bretagne, des criques sauvage au maquis breton, Rémi se lance sur la piste du plus grand phoque d’Europe : le Phoque gris dont le mâle peut peser jusqu’à 300 kilos.

Le 16 octobre, direction le Pays Basque sur la piste de nos grands rapaces. De la corniche ciselée aux enrochements des monts chauves en passant par la mosaïque de couleurs des cultures en vallées, Rémi scrute le ciel à la recherche du majestueux Vautour fauve.

Le 23 octobre, dans les vallées profondes et reculées des Pyrénées centrales, Rémi s’engage pudiquement et prudemment sur la voie de notre plus grand prédateur terrestre, le plus secret aussi. Mais pour avoir l’immense privilège d’apercevoir l’Ours brun, il faut être discret, précautionneux, et le plus fin des observateurs.

Le 30 octobre, les plus hauts sommets des Alpes seront à l’honneur pour partir à la recherche d’une figure monumentale de notre faune, une chèvre sauvage unique et menacée : le Bouquetin dont les populations se sont doucement reconstituées après que l’espèce ait frôlé l’extinction sur notre territoire. Un autre retour fait aussi parler de lui, celui du loup, dont Rémi va tenter de suivre les traces.

Le voyage se termine le 6 novembre en Provence, dans le milieu le plus sec et le plus chaud de France. Des falaises de Méditérrannée au Massif des Maures, Rémi s’engage dans un véritable jeu de piste pour observer le Hibou grand-duc, le plus grand de nos rapaces nocturnes capable d’emporter un renard, un faon ou même un faucon.

Préparer vous à franchir la porte d’une France sauvage comme vous ne l’avez encore jamais vue.

Rédigé par LZDP

Publié dans #Nat Geo Wild

Commenter cet article

NATVERD 12/09/2014 07:54

Les ours et les loups ont été éradiqués en Francele siècle dernier. Introduire des ours ou des loups dans une zone peuplée est un acte criminel, c’est une atteinte à la population, c’est GUERRE BIOLOGIQUE, c’est du TERRORISME.
L'ours et le loup exterminent le bétail, et ne pas contents de tuer et exterminer notre faune, l’ours attaque les ruches pour que les abeilles ne peuvent pas féconder les plantes et exterminer notre flore.
Les dommages causés par le loup et l'ours ainsi que son éradication, doit être paye par ceux qui les ont introduit. Ils ont introduit des ours slovènes et des loups italiens. En plus d'aborder sa responsabilité financiere, devraient être tenus de responsabilité pénale, comme tout terroriste.
Il est temps que ceux qui ont introduit l'ours et le loup en France, paient leur crime. Toute forme de terrorisme est dégoûtant, mais si c'est le terrorisme d'Etat, beaucoup plus.
Les armes biologiques sont utilisés pour causer des dommages aux personnes et à nuire aux animaux et la nourriture que nous mangeons tous les jours, leur but est de tuer le ennemi.
L'AGRO-TERRORISME, est une forme de bioterrorisme qui concentre ses attaques sur le bétail et la production agricole
L'ONU, dans sa résolution 1373 (2001), déclare explicitement que tous les actes de terrorisme constitue une menace pour la paix et la sécurité internationales et que les actes, méthodes et pratiques du terrorisme sont contraires aux buts et aux principes des Nations Unies. La résolution requis de tous les États à criminaliser les actes de terrorisme, et de punir le soutien ou la préparation d'actes terroristes, criminaliser le financement du terrorisme, dépolitiser le crime terroriste, geler les fonds personnes qui commettent, ou tentent de commettre des actes terroristes, et renforcer la coopération internationale en matière pénale
Tue la balle, mais le meurtrier est celui qui la tire, de la même manière, tuent l'ours et le loup, mais les meurtriers sont ceux qui les ont introduit, ceux qui les défendentet ceux qui financent l’introduction.