Enquête de santé sur les cures thermales ce soir sur France 5

Publié le 30 Septembre 2014

Marina Carrère d'Encausse, Benoît Thévenet et Michel Cymès (Crédit photo : Nathalie Guyon / FTV)

Marina Carrère d'Encausse, Benoît Thévenet et Michel Cymès (Crédit photo : Nathalie Guyon / FTV)

Ce mardi en première partie de soirée, Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymès avec la particpation de Benoît Thévenet présenteront en direct sur France 5 un nouveau numéro du magazine "Enquête de santé" qui aura pour thème "Cures thermales : business ou santé".

Les patients qui y ont goûté ne peuvent plus s’en passer. Et au sein même du corps médical, certains thérapeutes leur accordent un pouvoir quasi miraculeux. Et cela fait près de 70 ans que cela dure. Rhumatisme, asthme, maladies de peau, les indications du thermalisme sont nombreuses et plus de 530.000 personnes partent chaque année en cure dans l’une des 89 stations réparties sur le territoire. C’est bien plus que chez nos voisins, allemands ou anglais. Alors, d’où vient donc cette confiance bien française dans le pouvoir des cures thermales ? Les eaux utilisées ont-elles vraiment des vertus curatives ? Les soins prodigués pendant 3 semaines sont-ils plus efficaces que les médicaments traditionnels ?

La médecine thermale manque de preuves scientifiques prouvant ses bienfaits et les médecins thermaux ont été longtemps réticents face à l’évaluation de leurs pratiques. Au plan économique l’Assurance maladie dépense chaque année près de 230 millions d’euros pour les cures. Les patients à qui l’on prescrit des séjours reçoivent des soins qui sont remboursés à 65% par la Sécurité sociale. On comprend que les curistes satisfaits en redemandent.

Mais à l’heure des fermetures d’hôpitaux et des déremboursements de médicaments, la Sécurité sociale doit-elle continuer de prendre en charge ces cures thermales ? Car derrière cette question de santé publique, d’énormes intérêts économiques sont en jeu. L’activité des villes d’eau repose largement sur le thermalisme et plus de 110.000 emplois en dépendent. Existe-t-il en France un lobby du thermalisme ? Pourquoi toute réforme du système semble-t-elle impossible ? Et quels sont les nouveaux marchés à conquérir pour séduire toujours plus de curistes ?

De Dax à Vichy en passant par les couloirs de l’Assemblée Nationale, enquête sur les coulisses du thermalisme.

Après la diffusion du documentaire, Marina Carrère d’Encausse, Michel Cymes et Benoît Thevenet reviennent en direct sur le sujet en compagnie d’experts et de témoins. Les téléspectateurs sont invités à poser leurs questions par e-mail sur france5.fr, par SMS au 41555 ou via #santef5

Rédigé par LZDP

Publié dans #santef5, #France 5

Commenter cet article

masse 02/10/2014 17:40

Bonjour Marina et Michel, j'aimerais rebondir sur l'émission: Le Professeur GRIMALDI a sûrement les moyens d'aller en Thalasso, Pas nous.je l'ai trouvé très aigri. voire agressif et pas très au courant du désarroi de ceux qui souffrent de la consommation de médicaments estomac douloureux on ne peut rien avaler . RHUMATISMES, ARTHROSE ECXEMA ASHME ETC... sont imposés à notre corps indépendamment de notre volonté , je fais des cures rhumatologie croyez moi je n'ai plus de sciatique et je ne prends plus comme avant 6 anti -douleur par jour. Alors que les alcooliques, les fumeurs les drogués ont provoqué leur état et eux sont pris en charge, cherchez l'erreur. si la sécu veut faire des économies , qu'elle arrête de donner la CMU de façon systématique, car nous avons travaillé et cotisé toute une vie et seuls les soins nous sont remboursés et le reste location et transport sont à notre charge et ce ne sont pas des vacances. je vais en cure à BALARUC et ceux qui ont la CMU nous disent que la sécu leur paie transport et logement de plus ils sont étrangers en situation plus ou moins régulière et ils s'en vantent alors les vacances c'est plutôt pour eux, car nous on se prive. Alors Monsieur GRIMALDI c'est facile de mépriser les gens quand on a votre salaire. Professeur médecin vous avez dit ? vous n'êtes rien de tout cela à mes yeux merci Marina et Michel de rétablir la vérité car nous sommes obligés de nous priver toute l'année pour nous soigner. ça cela n'a pas été évoqué dans le reportage, alors il serait intéressant d'entendre tous les sons de cloche Monsieur GRIMALDI est loin de tout cela il faudrait qu'il redescende sur terre . Franchement j'ai honte pour lui .il ne doit pas avoir d'enfant malade . ASHME ECXEMA ET JE LUIS SOUHAITE DE NE PAS SOUFFRIR DE RHUMATISME COMME NOUS BIEN QUE LUI IL PEUT SE PAYER LA THALASSO DANS LES ETABLISSEMENTS DE LUXE BIEN SOUVENT OFFERT AUX MEDECINS CA NON PLUS ON NE LE DIT PAS cordialement Jacqueline.