"Gilles Andruet, échecs et mort" dans "Faites entrer l'accusé" sur France 2

Publié le 11 Octobre 2014

Frédérique Lantieri (Crédit photo : Jean Pimentel / FTV)

Frédérique Lantieri (Crédit photo : Jean Pimentel / FTV)

Ce samedi à 14h45, Frédérique Lantieri présenta sur France 2 un nouvel épisode inédit de « Faites entrer l’accusé » qui aura pour thème « Gilles Andruet, échecs et mort », un document de Richard Vargas.

La famille Andruet, c’est d’abord Jean-Claude, le père, un des plus grands pilotes de rallye automobile français. C’est aussi Gilles, le fils, champion de France d’échecs. Une famille née pour la compétition. Un duo de gagneurs.

Du coup, lorsque le corps du fils est retrouvé, battu à mort, le 22 août 1995, dans une rivière de l’Essonne, le père n’a plus qu’une idée en tête : retrouver son ou ses meurtriers.

​Vingt années durant, Jean-Claude Andruet a mené l’enquête, harcelé ses avocats pour qu’ils mettent la pression sur les policiers et l’institution judiciaire. Vingt années passées à explorer le monde du jeu et des casinos pour retracer les derniers moments de la vie de Gilles. Car non content de maîtriser les échecs, le fils Andruet s’était aussi passionné pour le Black Jack et la roulette. Il avait gagné beaucoup d’argent… Avant de tout perdre.

Un règlement de compte ? Une mauvaise rencontre au fil des parties ? Une rivalité entre joueurs ? Les policiers se mettent bientôt sur la piste d’un compagnon de jeu de Gilles : un père de famille d’apparence tranquille. Son fils se trouve rapidement dans leur collimateur. Et puis… son neveu ! Un homme d’affaires franco marocain qu’il faudra arracher à son resplendissant palais de Marrakech. L’un des hôtels les plus courus de la jet-set.

Une affaire de familles donc, dans laquelle un père se bat pour son fils tandis qu’un autre se fait accuser par le sien. Une affaire où les suspects se succèdent et les versions s’entremêlent, dans un monde d’argent et de paillettes.

L’affaire Gilles Andruet, c’est aussi une extradition, très commentée en France et au Maroc, et quatre procès, aux conclusions mémorables.

Rédigé par LZDP

Publié dans #France 2

Commenter cet article