"La fin du médecin de famille ?" dans Enquête de santé sur France 5

Publié le 28 Octobre 2014

Marina Carrère d'Encausse, Benoît Thévenet et Michel Cymès (Crédit photo : Nathalie Guyon / FTV)

Marina Carrère d'Encausse, Benoît Thévenet et Michel Cymès (Crédit photo : Nathalie Guyon / FTV)

Ce mardi en première partie de soirée, Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymès avec la particpation de Benoît Thévenet présenteront en direct sur France 5 un nouveau numéro du magazine "Enquête de santé" qui aura pour thème "La fin du médecin de famille ?".

Il est le premier chez qui l’on frappe quand notre corps va mal. Le médecin généraliste, aussi appelé médecin de famille, est un personnage central de notre système de soins. Un médecin dont l'image s'inscrit loin dans nos mémoires et dans le temps.

Le médecin de famille a longtemps fait parti du clan des notables, au même titre que le maire et le curé. Aujourd’hui pourtant, la profession ne fait plus rêver. Et des cabinets ferment leurs portes faute de repreneurs. Le médecin de famille serait-il en voie de disparition ?

La France compte environ 90.000 généralistes en exercice. Si ce chiffre est en légère baisse depuis une dizaine d’années, c’est surtout la répartition de ces praticiens sur le territoire qui pose problème. Dans certaines zones rurales, mais aussi en périphérie des grandes villes, les généralistes ont disparu. Une situation qui inquiète certains maires comme celui de Pradelles (43) qui lance un appel à l’aide.

Comment lutter contre ces déserts médicaux ? Faut-il contraindre ou inciter ces professionnels de santé à s'installer dans des zones à faible densité médicale ? Doit-on faire appel à des médecins étrangers pour les remplacer ?

Si les jeunes médecins sont si réticents à s'installer dans des lieux reculés, c'est aussi parce qu'ils ne veulent pas reproduire les erreurs de leurs aînés. Car derrière l’image du médecin de famille que l’on pouvait appeler jour et nuit se cache une réalité beaucoup plus sombre. On estime que 40% des médecins libéraux sont en situation d’épuisement professionnel. Et le taux de suicide est deux fois plus élevé chez les généralistes que dans le reste de la population.
Comment revaloriser ce métier pourtant essentiel dans notre système de soins ?

C’est ce que nous découvrirons à travers les portraits de Margaux à Réalmont (81), Nicolas, Thomas et Mady à Paris (75). Ils sont médecins généralistes, internes, ou infirmiers sur le terrain... Enquête sur une profession en pleine mutation.

Les téléspectateurs sont invités à poser leurs questions par e-mail sur france5.fr, par SMS au 41555 ou via #santef5

Rédigé par LZDP

Publié dans #santéf5, #France 5

Commenter cet article