"Au coeur du marché de Rungis" dans Le doc du dimanche ce soir sur France 5

Publié le 23 Novembre 2014

Valérie Durier (Crédit photo : Nathalie Guyon / FTV / France 5)

Valérie Durier (Crédit photo : Nathalie Guyon / FTV / France 5)

Dans le cadre de la case "Le doc du dimanche" présentée par Valérie Durier, France 5 diffusera ce soir à 20h35 « Au coeur du marché de Rungis », une enquête d'Elise Casta-Verchère pour Elephant Doc.

Le Doc du dimanche s’intéresse cette semaine au plus grand marché de produits frais au monde : le marché de Rungis. Situé à 7 kilomètres au sud de Paris, Rungis est un marché de gros, destiné uniquement aux professionnels et où se fournissent les commerçants et les restaurateurs.

Immense temple de la nourriture, Rungis est un lieu magique où l’on trouve tout ce que l’on peut manger, pour tous les types de clientèle : fruits et légumes, viandes, poissons, fromages... Plus de 2 millions de tonnes de marchandises transitent à Rungis chaque année, pour desservir 18 millions de consommateurs en Ile-de-France et en Province.

Véritable ville dans la ville, 11 000 salariés s’y activent jour et nuit, dans des conditions parfois rudes, mais toujours avec gouaille et passion.

Parmi eux, Jacky, le poissonnier qui négocie les prix comme personne, Frédéric vend des fruits et légumes du monde entier ou encore José, le spécialiste des bananes.

Mais aussi Yves, le défenseur des fromages fermiers au lait cru ou Montasser qui vient en fin de marché pour casser les prix et revendre la marchandise dans les quartiers populaires de Paris.

Karine, la fleuriste est l’une des rares femmes du marché, qui sauvegarde les roses françaises. Jean-Michel, quant à lui, fournit les restaurants étoilés et déniche des produits insolites. Enfin, Francis, le boucher, mise sur la viande halal.

Une plongée au cœur d’un endroit hors norme, un véritable monde à part.

Rédigé par LZDP

Publié dans #France 5, #ledocdudimanche

Commenter cet article

porcinet 30/11/2014 17:22

apres avoir vu votre reportage,je voudrais rectifier une erreur dans le commentaire du journliste:les animaux abattus allal ne sont pas etourdit par electro-narcose comme cela est dit dans le documentaire mais egorges sans etre etourdit contrairement a notre reglementation qui oblige tout abattoir a etourdir un animal pour son abattage .il faut savoir que les pratiques d abattage allal et de circulation de ces viandes ne respecte nullement notre reqlementation de bien etre animal et d hygienet ce par derogation des services veterinaires.pour une loi il y a 2 mesures d aplication