"Le diamant sous toutes ses facettes" dans Le doc du dimanche ce soir sur France 5

Publié le 9 Novembre 2014

Valérie Durier (Crédit photo : Nathalie Guyon / FTV / France 5)

Valérie Durier (Crédit photo : Nathalie Guyon / FTV / France 5)

Dans le cadre de la case "Le doc du dimanche" présentée par Valérie Durier, France 5 diffusera ce soir à 20h35 « Le diamant sous toutes ses facettes », une enquête de Loraine Canayer.

Le Doc du dimanche met cette semaine en lumière une petite révolution. Le diamant, la plus précieuse des pierres précieuses s’affiche aujourd’hui à des prix indécemment bas. Des chaînes de bijouterie de la grande distribution à la vente en ligne sur Internet, la démocratisation du diamant est en marche. Une guerre des prix bas qui atteint même la très élitiste Place Vendôme. Comment les bijoutiers sont-ils parvenus à casser les prix sans briser le rêve ?

Chloé Guillon et David Sussman, deux diamantaires français de la génération web, nous ouvrent les portes de cet univers très fermé, surprenant, parfois très éloigné de l’image glamour de la pierre, symbole d’éternité et d’amour. Ils décryptent les codes et les petits secrets de fabrication du joyau, en nous emmenant aux quatre coins du monde sur la route du diamant.

Tout d’abord direction l’Inde, là où les premières pierres ont été découvertes il y 3000 ans. Les maharajas en ont toujours été friands. Dans les années 1930, ils font appel aux plus prestigieuses maisons joaillières de Paris, pour faire remonter les pierres de leurs trésors « à la mode », chez Cartier, Boucheron ou encore Mauboussin, qui bouscule aujourd’hui les codes de la haute joaillerie.

L’Inde est devenue le centre mondial du diamant où 90 % des pierres dans le monde y sont taillées, notamment dans la petite ville de Surat. L’’industrie diamantaire y emploie plus d’un million de personnes, une main d’œuvre faiblement rémunérée, aussi bien dans de grandes usines que dans de petits ateliers, afin de répondre aux demandes de plus en plus importantes et de réduire les coûts. En 2010, Bombay a inauguré sa nouvelle Bouse du diamant, qui a exporté pour 16 milliards d’euros de diamants en 2013. Le pays est également un grand consommateur de ces pierres.

Le voyage sur la route du diamant indien se poursuit à Anvers, la capitale du diamant depuis 500 ans. Malgré la concurrence de l’Inde, Anvers reste en première place du commerce de diamants. Les juifs orthodoxes ont eu le monopole du négoce mais ils ont été dépassés par les Indiens, aujourd’hui nouveaux maîtres de la capitale anversoise.

En France, acheter un diamant n’est plus forcément réserver à une élite. S’offrir un joyau est possible en allant simplement au supermarché ou sur certains sites internet misant sur la qualité à des prix compétitifs, comme le propose David Sussman, diamantaire nouvelle génération. Certaines maisons prestigieuses proposent même des produits haut de gamme dont les premiers prix permettent à une nouvelle clientèle d’accéder au luxe. Rencontre avec Alain Némarq, PDG de la Maison Mauboussin, qui a été le premier à avoir osé faire de la publicité pour des bagues en diamant, jusque dans le métro. Surnommé « le rebelle de la Place Vendôme, il casse les codes et affiche les prix en vitrine. Du jamais vu dans l’univers très feutré de la haute joaillerie.

Rédigé par LZDP

Publié dans #France 5, #ledocdudimanche

Commenter cet article

Elise 10/11/2014 08:11

www.diamant-en-ligne.fr