Le Monde de Jamy sur France 3 Au cœur de la faune sauvage

Publié le 26 Novembre 2014

Jamy (Crédit photo : Jérôme Mignard / MFP 2014)

Jamy (Crédit photo : Jérôme Mignard / MFP 2014)

France 3 diffusera ce mercredi à 20h45 « Le monde de Jamy », une collection de documentaires inédits sur le thème du savoir et de la découverte qui mettra en scène la Terre dans toute sa diversité sous le regard curieux et complice de Jamy Gourmaud, que les téléspectateurs de France 3 connaissent bien.

Ce soir ce numéro sera consacré Au cœur de la faune sauvage.
C’est une rencontre extraordinaire à laquelle nous convie Jamy dans le cadre de ce film qui met en scène la vie de ces animaux sauvages menacés de disparaître et dont la liste ne cesse de s’allonger.
Au programme de ce voyage à travers la planète, 3 environnements spectaculaires et des rencontres singulières avec des femmes et des hommes qui cohabitent au sein de la faune sauvage en la protégeant.
Un message à la clef : pour sauvegarder ces animaux si précieux à la vie sur terre, il ne suffit pas de les cantonner dans des réserves. Il faut réapprendre à vivre à leur côté.

Le Kenya :
Le Parc national d’Amboseli est fréquenté par des centaines de familles d’éléphants. Mais tout autour de la réserve, les communautés masaï sont de plus en plus nombreuses. Les scientifiques tentent de mieux connaitre le comportement social des éléphants et leurs migrations afin de réduire les conflits entre les hommes et ces géants de la savane.

A Nairobi, un orphelinat recueille des éléphanteaux blessés ou victimes du braconnage. Une véritable école de la vie sauvage où les orphelins apprennent à se débrouiller tout seul en vue d’être réintroduits dans la nature.

A Shompole, les éleveurs masaï ont depuis longtemps appris à vivre avec les lions sans qu’ils s’attaquent à leurs troupeaux. Le seigneur de la savane fait partie de leur patrimoine.

Le sud de la France :
Dans les Cévennes, les colonies de vautours-fauve rendent des services aux éleveurs en consommant les carcasses des brebis mortes. Ces charognards sont devenus des nettoyeurs de la nature, écologiques et économiques.

L’archipel du Svalbard :
Au-delà du cercle polaire, l’Homme partage le territoire avec le plus grand carnivore terrestre, l’ours blanc. Il n’hésite pas à s’approcher des zones habitées et n’a peur de rien, pas même de l’Homme. La cohabitation avec ce super-prédateur restera toujours difficile et dangereuse.

Rédigé par Sarah

Publié dans #France 3

Commenter cet article