Que faire de nos parents ? dans Le monde en face sur France 5

Publié le 2 Décembre 2014

Marina Carrère d’Encausse (Crédit photo : Delphine Ghosarossian / Sipa / pour FTV)

Marina Carrère d’Encausse (Crédit photo : Delphine Ghosarossian / Sipa / pour FTV)

Ce mardi à 20h35, Marina Carrère d'Encausse présentera sur France 5 un nouveau numéro du magazine "Le Monde en Face", avec au programme Que faire de nos parents ?

Un jour ou l’autre, on peut se retrouver responsable d’un parent dépendant. Une perte d’autonomie difficile à gérer pour les enfants, émotionnellement bien sûr, mais aussi en termes d’organisation et financièrement. Rares sont les enfants qui acceptent d’accueillir leurs parents chez eux, faute de place ou d’envie...

Aux yeux de la loi, prendre en charge ses parents s’appelle l’obligation alimentaire. Nous sommes donc tenus de nous occuper de nos parents, et pas seulement d’un point de vue moral ; trouver une solution relève souvent du parcours du combattant. Dénicher la perle des aides à domicile n’est pas simple et coûte cher, malgré l’APA, l’Aide aux Personnes Agées, accordée aux plus dépendants. Et pour ceux qui n’ont pas d’autres choix, obtenir une place en maison de retraite relève parfois de l’exploit.
Prendre soin de ses parents reste un enjeu national ! Si la France compte aujourd’hui 1 million 200 000 personnes âgées dépendantes, elles seront 2 millions en 2040. Alors, comment devient-on les parents de ses parents ? Comment vivre avec la culpabilité de placer sa mère ou son père en maison de retraite ? Où trouver la structure adéquate pour ses parents et les ressources financières nécessaires pour la payer ?

Durant 6 mois, le film suit 4 familles dans cette étape si particulière de leur
vie. Après 8 ans de vie commune, Sylvie et sa mère Gilberte doivent couper le cordon, un changement de vie difficile à vivre. Agnès, elle, a fait des pieds et des mains pour trouver une structure d’accueil pour son père Lucien, atteint de la maladie d’Alzheimer. Un parcours du combattant, tant sur le plan émotionnel que financier. La chance de Georgette, 86 ans : avoir sa fille Françoise à ses côtés, qui passe la voir régulièrement et s’occupe de tous ses petits tracas. Enfin, Anne-Sylvie tente de recréer un lien perdu
avec ses parents, en les aidant à rester chez eux.

Rédigé par Sarah

Publié dans #France 5

Commenter cet article