Attaque de Charlie Hebdo - Réactions de Laurent Gerra et Philippe Geluck sur RTL

Publié le 7 Janvier 2015

Attaque de Charlie Hebdo - Réactions de Laurent Gerra et Philippe Geluck sur RTL

Après l’attaque meurtrière ce mercredi dans les locaux du journal Charlie Hebdo dans le 11ème Arrondissement de Paris, Philippe Geluck et Laurent Gerra ont réagi sur RTL :

Christelle Rebière : "Quelle est votre première réaction ?"
Philippe Geluck :" Je suis effondré, j'ai reçu cette nouvelle comme vous tous en pleine poire, je ressens à peu près les mêmes choses que j'ai pu ressentir le 11 septembre lors des attentats de New-York, j'ai l'impression qu'il y aura un avant et un après 7 janvier."

Vincent Parizot :" Il y a de la peine, de la tristesse, mais aussi de la colère ?"
Philippe Geluck :" Il y a d'abord la peine de perdre des amis, des grands maîtres de mon métier. Siné, Cabu et Wolinski sont des gens qui m'ont donné envie de faire ce métier, qui ont été des guides pour moi, puis Charb et Tignous étaient des amis, des gens d'un talent fou, je suis révolté. Comment une telle barbarie est-elle possible ? Comment peut-on répondre à des dessins à des mots par des armes ?

Ils sont l'avant-poste de la liberté de la presse, alors c'est sûr qu'ils ont fait des choses extrêmement gonflées à certains moments, c'est sûr qu'ils ont provoqué mais c'est leur métier aussi et c'est la noblesse de la presse satirique mais c'est toute la presse c'est toute la liberté d'expression qui est blessée. C'est un journal qui est mis à terre, c'est extrêmement grave ce qui ce qui se passe. C'est de l'ampleur du 11 septembre à New-York, le signe qui est envoyé, c'est un signe de guerre … J'ai souvent saluer le courage de mes collègues qui œuvraient dans des pays disons à régimes forts … J'ai toujours dit que nous étions beaucoup moins courageux qu'eux ici dans notre pays de liberté d'expression, On était loin d'une violence militaire ou policière et bien là aujourd'hui les temps ont changé."

Laurent Gerra : "Cabu c'est la liberté, c'est la joie de vivre…Il est mort en héros parce que lui ne s'est jamais voilé la face, contrairement à ceux qui sont entrés lâchement... Ils sont morts en héros dans une forme de liberté de la presse, de la plume, du dessin, de la satire, du non-respect des lois mais en respectant la liberté. On s'attaque à la liberté, on s'attaque au dessin, à l'humour, on s'attaque à quelque chose d'iconoclaste."

Rédigé par LZDP

Publié dans #Charlie Hebdo

Commenter cet article