"Juliano Verbard, le Petit Lys d'amour" dans "Faites entrer l'accusé" sur France 2

Publié le 25 Janvier 2015

Frédérique Lantieri (Crédit photo : Jean Pimentel / FTV)

Frédérique Lantieri (Crédit photo : Jean Pimentel / FTV)

Ce dimanche à 22h20, Frédérique Lantieri présenta sur France 2 un nouvel épisode inédit de « Faites entrer l’accusé » qui aura pour thème « Juliano Verbard, le Petit Lys d'amour ».

Son surnom ? « Petit Lys d’amour »… Juliano Verbard le tiendrait de la Vierge Marie qui apparaît au gourou chaque 8ème jour du mois ! Dans les feuilles d’un cocotier... A La Réunion, le charismatique jeune homme de 21 ans séduit les foules. Les fidèles se pressent par centaines pour prier avec lui et assister à ses échanges avec la Vierge. Sur une île où les cultes et les religions se côtoient dans la tolérance, les élucubrations de ce jeune illuminé auraient pu en rester là. Mais Juliano Verbard aimait les petits garçons… Trop.

Après l’actualité religieuse de l’ile, c’est toute la vie judiciaire réunionnaise qu’il a mis en émoi.

Tout commence le 9 août 2003, quand la trésorière de l’association de Juliano Verbard, «Cœur douloureux et immaculé de Marie », porte plainte contre son chef spirituel pour viols et attouchements sur ses deux fils, tous deux enfants de chœur. La carrière du jeune prophète semble compromise. Mais c’est sans compter sur l’ingéniosité du « petit lys d’amour » et sur le dévouement de ses adeptes... En 2006, lorsque son procès s’ouvre devant la cour d’assises, le box des accusés est vide. L’homme se terre dans l’ile jusqu’en août 2007 où il refait surface à l’occasion de l’enlèvement d’un enfant : Alexandre, âgé de douze ans, serait le nouvel « élu » de la secte. Une secte qui n’hésite pas à employer des moyens dignes du grand banditisme pour protéger la cavale de son gourou ou le faire évader quand la gendarmerie lui remet la main dessus. En quelques minutes, des adeptes, jusque-là inconnus des services de police, réussissent ainsi à détourner un hélicoptère et à enlever Verbard de sa prison !

Après des mois d’une traque sans précédent à la Réunion, la justice a finalement eu raison du jeune gourou. Mais lors de son dernier procès, malgré sa condamnation pour viol aggravé sur mineur avec actes de tortures, des femmes baisaient encore sa main à son passage…

Rédigé par LZDP

Publié dans #France 2

Commenter cet article