Le viager… Pourquoi pas ? et La bataille du Levezou

Publié le 17 Janvier 2015

Crédit photo : Christophe Chevalin / TF1

Crédit photo : Christophe Chevalin / TF1

Comme chaque samedi et dimanche à 13h30, TF1 proposera à ses téléspectateurs un nouveau numéro de son magazine Reportages avec au sommaire aujourd'hui :

Le viager… Pourquoi pas ?
Depuis toujours, le viager fait peur et ses ventes représentent moins de 1% des transactions immobilières en France. Pourtant avec la crise, il pourrait bien se développer dans les années à venir : d'un côté, des retraités propriétaires de leur maison dont le pouvoir d'achat diminue, de l'autre des couples qui n'ont pas les moyens de devenir propriétaires.

La bataille du Levezou
Le Lévézou, au coeur de l'Aveyron, ce plateau paisible vit depuis toujours au rythme immuable des saisons et de l'élevage des brebis pour les caves de Roquefort. Dans ce petit paradis, un vent nouveau s'est mis à souffler - celui du XXIème siècle, durable, écologique. Depuis 2008, 74 éoliennes ont poussé dans le paysage... et la zizanie s'est emparée du plateau, avec son lot de querelles de voisinage, ou entre communes. Entre ceux pour qui les éoliennes sont un symbole de progrès, ceux qui y voient un moyen de survie économique, et ceux qui sont décidés à stopper l'invasion, c'est un dialogue de sourds...

A la poursuite de l’ours blanc
Il est terrifiant, mais aussi fascinant : l'ours blanc polaire occupe une place à part dans l'imaginaire collectif. Un explorateur singulier et amoureux des grands froids, Rémy Marion, transforme les rêves en réalité en organisant des excursions à Churchill, petit village de la Province de Manitoba au Canada. Avec ses 900 habitants, la "capitale mondiale de l'ours polaire" cohabite avec le majestueux animal à la saison de la banquise, en novembre. Ces derniers sont alors deux fois plus nombreux que les hommes !

Rédigé par Sarah

Publié dans #TF1

Commenter cet article

Bernieshoot 17/01/2015 11:22

le viager un sujet compliqué car finalement il aborde le sujet de la mort du vendeur