La police de l’ombre et Le petit monde du periph’ dans Reportages sur TF1

Publié le 28 Février 2015

Crédit photo : Christophe Chevalin / TF1

Crédit photo : Christophe Chevalin / TF1

Comme chaque samedi et dimanche à 13h30, TF1 proposera à ses téléspectateurs un nouveau numéro de son magazine Reportages avec au sommaire aujourd'hui :

La police de l’ombre
On ne les voit jamais pourtant ils sont partout. Leurs missions : prévenir les violences urbaines ou les attentats, prévoir les manifestations ou les grèves, démanteler des réseaux de trafiquants et les filières d'immigration clandestine. Dans les stades, ils surveillent les supporters violents ; dans les manifestations, ils comptent ceux qui défilent ; dans les cités, ils traquent les trafics illicites. Autrefois, on les appelait les RG. Aujourd'hui, Direction du Renseignement. Durant six mois, ils ont laissé nos caméras se glisser entre leurs murs... accompagner leurs hommes lors des filatures. Plongée dans la police de l'ombre.

De pères en filles
Il est des professions qui se conjuguent généralement au masculin, de père en fils... Et puis, il y a les exceptions... Laurent, Cyril, Michel sont boucher, plombier et mosaïste... Tous passionnés, leur amour du métier, ils l'ont transmis... à leurs filles. Agathe apprend les techniques de plomberie-chauffagiste, Hélène et Elodie, elles, suivent les traces de leur papa dans la boucherie-charcuterie. Céline et Marjorie se révèlent dans l'art de la mosaïque enseigné par leur père.

Le petit monde du periph’
Le périphérique parisien est la route la plus empruntée d'Europe avec près d'1,3 million d'automobilistes chaque jour. Construit en 1973 pour fluidifier la circulation dans la capitale, il est synonyme aujourd'hui d'encombrements, de bruit, de pollution... Près de 100 000 personnes vivent au bord de la voie rapide qui constitue le XXI arrondissement de Paris. Rencontres avec ceux et celles qui font partie du petit monde du Périph'.
Françoise et Michel habitent la porte Pouchet depuis 40 ans, en quelques mois ils vont voir leur quartier se transformer. Pour Françoise, c'est un véritable bouleversement : " Nous avons vu construire le périphérique quand on était gamin. On engueulait les ouvriers parce qu'ils prenaient notre terrain de jeu. Une page se tourne et on verra comment le quartier va devenir ".

Rédigé par Sarah

Publié dans #TF1

Commenter cet article