Un document exceptionnel sur le Yemen samedi dans L'Effet Papillon sur Canal+ (extrait)

Publié le 4 Février 2015

Daphné Roulier (Crédit photo : Xavier Lahache / Canal+)

Daphné Roulier (Crédit photo : Xavier Lahache / Canal+)

Ce samedi 7 février à partir de 13H45, le magazine « L’Effet Papillon » présenté par Daphné Roulier sur Canal+ propose un reportage exceptionnel au Yémen.

Depuis les attentats de Paris début janvier, PAPILLON est la première équipe de télévision française qui a pu se rendre dans ce pays comptant parmi les plus dangereux au monde.

Avec ce reportage, PAPILLON permet de comprendre à travers l’actualité étrangère ce qui se passe en France.

YEMEN : SUR LES TRACES DES FRERES KOUACHI de Miyuki Droz et Julien Fouchet
Les frères Kouachi, auteurs de l’attentat contre le journal Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, ont prétendu agir au nom du groupe AQPA (Al Qaeda dans la péninsule Arabique), basé au Yémen. Ils ont également affirmé s'être rendu tous les deux dans ce pays, notamment pour suivre les enseignements d'un prédicateur extrémiste basé là-bas.

Les services de renseignement sont convaincus qu'au moins un des deux frères s'y est effectivement rendu en 2009, et peut être le second en 2011.

PAPILLON s’est rendu sur place pour comprendre comment ce pays est devenu un haut lieu de radicalisation de candidats au djihad venus du monde entier.

Sous couvert de cours d'arabe ou de religion, des centaines d'étrangers se sont rendus dans le pays, et d'après nos informations il en resterait encore beaucoup, dont certains français.

Pour garantir leur sécurité, nos reporters Miyuki Droz et Julien Fouchet ne sont restés que 48 heures sur place (du dimanche 25 au mardi 27 janvier), et ont été en permanence sous la protection d'hommes en armes. Le danger numéro 1 sur place : les kidnappings, surtout d'occidentaux.

Le tournage s'est déroulé en plein coup d'Etat, qui a vu la prise de pouvoir de milices chiites dans la capitale, et peu de temps après la sortie du dernier Charlie Hebdo qui a mis en colère une grande partie de la population contre la France.

Les journalistes, particulièrement vulnérables en tant que Français, ont donc dû cacher leur nationalité pendant le tournage…

Rédigé par LZDP

Publié dans #EffetPap, #Canal+

Commenter cet article