"Enquête sur des crashs inexpliqués" dans "Complément d'enquête ce soir sur France 2

Publié le 26 Mars 2015

Nicolas Poincaré (Crédit photo : Nathalie Guyon / France 2)

Nicolas Poincaré (Crédit photo : Nathalie Guyon / France 2)

Ce jeudi à 22h20, Nicolas Poincaré présentera sur France 2 un nouveau numéro de Complément d'Enquête qui aura pour sujet « Germanwings, Air Algerie, Malaysia : Enquête sur des crashs inexpliqués ».

Deux jours après le crash de l'A320 de Germanwings, le mystère reste entier sur les causes de l'accident. Comment expliquer les 8 minutes de chute sans le moindre appel de détresse ? Les boîtes noires permettront-elles de connaître la vérité ?

Après les crashs de l'été dernier au Mali et à Taïwan, après le Boeing abattu en Ukraine et la disparition du vol MH370 dans l'Océan Indien, l'année noire du transport aérien se poursuit.

En direct, avec des invités qui tenteront d'y voir plus clair sur le crash de l'A320 de Germanwings, Complément d'Enquête revient sur cette série de catastrophes inexpliquées.

Alors que l'avion est toujours présenté comme le moyen de transport le plus sûr, les compagnies prennent-elles vraiment toutes les précautions pour assurer la sécurité des vols ? Les pilotes sont-ils confrontés à des pannes inédites ? Les équipements de localisation et de météo sont de plus en plus sophistiqués, mais aussi de plus en plus coûteux. Les transporteurs sont-ils prêts à en payer le prix ?

Complément d'enquête sur ces accidents qu'on aurait peut-être pu éviter.

Boîtes noires : dans le secret du cockpit
Un reportage de Romain Boutilly
Lors d'une catastrophe aérienne, l'obsession des enquêteurs est de retrouver le CVR, la boite noire qui contient l'enregistrement des conversations à l'interieur du cockpit de l'avion. Du Rio-Paris d'Air France au crash du Mont St Odile, ce sont souvent ces documents audios qui permettent de comprendre ce qui s'est passé lors de l'accident.

Air Algérie : une catastrophe évitable ?
Un reportage de François Nénin et Lionel Poussery
Un mois et demi après le crash du vol Ouagadougou-Alger dans lequel 54 Français ont trouvé la mort, les causes de l’accident sont toujours aussi mystérieuses. S’agit-il seulement d’un facteur météorologique ? Pouvait-on éviter la catastrophe ? Pour ce vol, Air Algérie avait fait appel à un sous-traitant espagnol, la Swiftair. Une petite compagnie aujourd’hui dans la tourmente : les médias espagnols l’accusent d’avoir épuisé ses équipages avec des rotations incessantes. Aujourd’hui encore, les familles de victimes se posent de nombreuses questions, mais la Swiftair garde le silence. Enquête à Ouagadougou, Madrid et Roissy sur une compagnie discrète, à la fiabilité mise en cause.

Où est passé le vol MH 370 ?
Un reportage de François Nénin
Radars, transpondeurs, satellites, boites noires, les moyens techniques ne manquent pas pour localiser les avions lorsqu’ils sont en vol, ou même après un crash. Comment a-t-on pu perdre la trace du Boeing 777 de la Malaysia Airlines et de ses 239 passagers, mystérieusement volatilisés il y a tout juste un an ? Les compagnies aériennes utilisent-elles tous les moyens techniques leur permettant de suivre leurs appareils? Certaines, comme Air France, ont investi des millions d’euros pour améliorer ce suivi, mais toutes ne le font pas.

Profession pilote : la fin du rêve ?
Un reportage de Lionel Poussery
Leur métier fait rêver : élégants, abonnés aux destinations exotiques et très bien payés. Dans les grandes compagnies, les commandants de bord peuvent en effet gagner plus de 15.000 € par mois. Mais pour y parvenir, c'est aujourd'hui un parcours du combattant: le chômage a fait son apparition et à la sortie des écoles, certains jeunes pilotes sont même obligés, pour décrocher un job, de payer leur place dans le cockpit. Complément d'Enquête sur une profession qui a pris un coup dans l’aile.

Rédigé par LZDP

Publié dans #France 2

Commenter cet article