Immobilier : acheter, renégocier son prêt, est-ce le bon moment dans Capital sur M6

Publié le 8 Mars 2015

Crédit photo : Franck FERVILLE/M6

Crédit photo : Franck FERVILLE/M6

Ce soir à 20h50 François-Xavier Ménage présentera Capital avec pour sujet Immobilier : acheter, renégocier son prêt, est-ce le bon moment ?

Nous sommes nombreux à nous poser la question. Avec la baisse des prix de l'immobilier de 6% depuis trois ans sur l'ensemble du pays, combinée à un niveau historiquement bas des taux d'intérêt, est-ce enfin le moment de réaliser ses projets et d'acheter un appartement ou une maison ? La question est complexe car les situations sont extrêmement variées d'une région de France à une autre. Capital a enquêté à Paris et en banlieue, dans une grande métropole de province mais aussi à la campagne pour comprendre qui arrivait à tirer son épingle du jeu et qui pâtissait de la baisse. En tout cas si vous êtes déjà propriétaire il y a un moyen de profiter de la situation sans changer de logement : en renégociant au mieux votre taux d'emprunt !

De la campagne aux grandes villes : qui perd qui gagne ?
À Paris, Sidonie et Yohann, jeune couple avec un enfant, cherchent à revendre leur petit trois pièces pour s'installer dans un logement plus grand. Ils veulent vendre à un bon prix et acheter en profitant de la légère baisse parisienne. Mais ils sont confrontés à deux problèmes : les acheteurs peu nombreux sont en position de force pour négocier, et les vendeurs ont encore le plus grand mal à accepter de baisser leurs prix. À Lille, les prix ont nettement baissé l'année dernière d'environ 4%. Une baisse qui sonne le retour des primo-accédants comme Diane et Quentin qui n'auraient probablement pas pu acheter il y a deux ou trois ans. Pour les baisses les plus spectaculaires il faut aller dans les petites villes et à la campagne comme à Nîmes où les prix ont dévissé de 10% l'année dernière. Romain, agent immobilier, doit convaincre ses clients qui vendent de baisser toujours plus leurs prétentions même si certains peuvent perdre de l'argent par rapport à leur prix d'achat. Et pour que les maisons à la campagne trouvent des acquéreurs, il doit parfois diviser le terrain pour diminuer encore leur prix.

Renégocier son crédit : le jackpot ?
Si vous vous êtes endettés pour acheter votre appartement ou votre maison, il y a aujourd'hui un moyen relativement facile pour économiser entre 30 et 50 000 euros : en renégociant votre emprunt pour faire baisser son taux d'intérêt. En 7 ans les taux sont passés de 5% à 2,30% en moyenne aujourd'hui. Mais attention les banquiers ne sont pas toujours prêts à faire ce geste. Il faut que vous soyez un client « rentable », que vous ayez un bon salaire et une bonne épargne pour qu'ils acceptent de renégocier. Un bras de fer dont se régalent les courtiers en emprunts qui se font forts de faire racheter votre crédit par une autre banque plus avantageuse. Sur ce marché en plein essor il y a aussi un nouvel acteur : la société Les Expertiseurs du Crédit qui s'est fait une spécialité de détecter les petites erreurs de votre contrat d'emprunt et obtenir devant la justice un taux record de 0,93% !

Le champion de la maison individuelle
Cette baisse des prix est un argument de plus pour le champion français de la construction de maisons individuelles : Maisons France Confort. Cette entreprise familiale et centenaire basée à Alençon bâtit chaque année 5 000 maisons vendues entre 150 000 et 300 000 euros. La famille Vandromme au fil de plusieurs générations a mis au point une efficace technique de vente. 800 commerciaux quadrillent le pays mais pour contacter le maximum de clients, l'entreprise s'associe aussi avec les agents immobiliers qui commercialisent des terrains à bâtir. Mais la force de Maisons France Confort ce sont ses quarante modèles de bâtisses qui permettent aux clients de choisir sur catalogue la maison dont ils rêvaient. En revanche pour la construction la société s'appuie sur des artisans indépendants. Et une petite minorité de clients se plaint de malfaçons.

Rédigé par Sarah

Publié dans #M6, #Capital

Commenter cet article