"Vin Français : la gueule de bois" dans Spécial Investigation sur Canal+

Publié le 23 Mars 2015

Stéphane Haumant (Crédit photo Philippe Mazzoni / Canal+)

Stéphane Haumant (Crédit photo Philippe Mazzoni / Canal+)

Ce lundi à 22h50, Stéphane Haumant nous proposera sur Canal+ dans "Spécial Investigation" le document "Vin français : La gueule de bois", une enquête de Donatien Lemaitre pour CAPA.

Dans leur grande majorité, les vignerons promettent, la main sur le cœur, que le vin est le résultat d’un savoir-faire traditionnel qui, depuis ses origines, dépose la nature au fond de nos verres. Du raisin, du soleil, de l’amour et du temps. Avec le vin, c’est donc le terroir que l’on boit… ou que l’on croit boire, car que sait-on vraiment du vin ?

En fait pas grand-chose. Le vin est un des rares produits de consommation en France qui n’a pas à dire ce qu’il contient.

De la vigne aux cavistes, Donatien Lemaitre a enquêté sur ce qui se cache dans nos bouteilles et sur les méthodes de fabrication et de promotion de ce fleuron de notre culture gastronomique qui est aussi un de nos premiers produits d’exportation. En s’immergeant dans le monde du vin, cette enquête met à jour un système qui n’a plus grand-chose à voir avec le terroir et la tradition.

Pour SPECIAL INVESTIGATION, Donatien Lemaitre dévoile ce que les vignerons ne veulent jamais montrer.

Rédigé par LZDP

Publié dans #Spécial Investigation, #Canal+

Commenter cet article

Alex 20/07/2015 11:42

Je vois que beaucoup s'égarent. C'est difficile de dire que, comme partout, certains font bien leur boulot et d'autres trichent ? Cela existe dans toutes les professions et c'est vieux comme le monde, pourquoi pas chez les vignerons ? C'est pas de la lucidité qu'il vous faut mais de la clairvoyance.
J'ai trouvé au moins que ce reportage montrait l'opacité de l'info au niveau du vin. Le vin contient des pesticides, c'est normal vu les traitements actuels, si ce n'est sur le raisin c'est sur le champ voisin. Aucune info sur ces résidus, normal que cela alerte les gens. Par contre le reportage était grandement à charge, puis 2 cavistes Nicolas ça ne constitue pas une preuve.
Enfin, arrêtez de vous aveugler avec le bio, la culture bio emploie des pesticides, même des pesticides dangereux, il y en a juste moins de sortes différents. Cela reste meilleur qu'une agriculture lambda mais sans plus, c'est pas la panacée non plus, sans oublier que certains font mieux mais n'adhèrent pas au label car ça coûte et le cahier des charges est trop important.

lapil 05/04/2015 18:51

Voilà encore un documentaire qui ressemble plus à une escroquerie qu’à un travail de journaliste. Comment un reportage d’une telle médiocrité peut-il être diffusé sur une chaine nationale. Aucun fondement scientifique, que des affirmations erronées. Une honte!!!

Geogeo 03/04/2015 21:26

Je suis amateur de vin depuis longtemps mais ce reportage malgré quelques raccourcis met bien en évidence l'emploi de produits interdits par des viticulteurs cupides et inconscients au dépend de viticulteurs honnêtes. Qui dénonce ces systèmes à par Canal Plus ici ? Résultat je n’achèterai plus de vins sans une référence solide du viticulteur en bio et surtout dans les traitements des vignes et des sols...Je vais aussi sérieusement réduire ma consommation de grands crus en attendant leurs déclarations !!!

Robert 03/04/2015 21:52

Tous les produits montrés en vinification sont des produits classiques utilisés dans tous les chais (hors bio). Les levures "industrielles" sont issue de clonage de souches naturelles, le SO2 est présent dans quasi tous nos aliments....etc...
Justement, pour ce qui est des vins Bio, si le consommateur est prêt à payer le double ou le triple pour une bouteille (rendements ridicules voir nuls les années de forte maladie), beaucoup de viticulteurs y passeraient.
Testez l'eau du robinet ou celle en bouteilles, et vous y trouverez aussi des résidus de pesticides. Arrêtez aussi de manger des fruits et des légumes, et oubliez ceux de votre jardin, ils doivent être gavés de métaux lourds !

Robert 26/03/2015 16:50

Encore un document à charge.... Quelle tristesse !
Venez faire du vin avec nous, en Bordelais (ou ailleurs), et vous verrez que nous faisons tout pour sortir un produit de qualité (que bien des pays nous envient), et que si ce n'était pas le cas, nous ne le vendrions pas.
Nos vins sont criblés d'analyses à l'exportation, et si ils n'étaient pas cleans, ils ne partiraient pas.
Je vois qu'on aime bien faire peur au Bobo chez Canal ! Ça doit faire vendre....

Dominique 26/03/2015 15:53

Bien entendu, en une heure, avec les contraintes liées à l'image, on ne peut pas faire un tableau complet et avec les dégradés qui existent entre les deux pôles.
Mais cela ne renvoie pas à une insuffisance du journaliste, qui a dû passer bien du temps.
Cela renvoie au silence de la profession, à l'omerta du milieu. Moi-même vigneron à Bordeaux, j'ai essayé de poser le problème "en famille". Quand les affaires marchaient, on me répondait " pourquoi s'emmerder avec tes histoires, alors que personne ne demande rien". Maintenant que les affaires sont plus difficiles, on me dit "C'est pas le moment d'en remettre une couche, on a assez de problèmes". Autant dire que ça ne sera jamais le bon moment.
Donc il est normal que les affaires ne soient plus réglées "en famille". Il est normal, comme dans tout problème familial, qu'un tiers ( le journaliste, l'amateur de vin ) intervienne, donne son avis et, finalement, serve de médiateur.
Que la réponse institutionnelle de la profession soit en permanence "on ne communique pas" me pose problème, car je paye des contributions dites "volontaires obligatoires" pour soi-disant être représenté. Je paye donc pour une non-prestation qui est contraire à mes intérêts, à la conception que je me fais de mon métier.
Le vin et l'alimentation ne sont pas le problème des seuls agriculteurs et viticulteurs. Ce n'est pas un problème catégoriel, c'est celui de toute la société.
Comme le dit un intervenant, c'est la pression économique qui pousse au crime et empêche l'évolution. La société doit donc aussi déterminer ce qu'elle veut payer pour des produits sains.

Pat 25/03/2015 21:17

C'est vrai que c'est un reportage à charge qui ne valorise pas assez les vignerons qui font de la qualité, en utilisant parfois des pesticides en quantité raisonnable.
Mais si on veut préserver notre vin Français de qualité, il faut continuer à dénoncer les apprentis sorciers qui nous empoisonnent et qui détruisent notre terroir pour faire de l'argent facile.
Il est donc normal que ces journalistes cherchent à choquer pour que ces chimistes qui nous font croire qu'ils font des vins de "terroir" soient démasqués!

Writer 28/03/2015 15:18

Ne les appelle pas "chimistes", parce que ceux qui balancent des produits phytosanitaires à hautes doses dans leurs vignes sans se préocupper des conséquences n'ont rien avoir avec des scientifiques.

Anaïs 25/03/2015 16:30

Une fois de plus une honte !
Les journalistes préfèrent nous sortir des reportages où l’information est complètement manipulée pour choquer et faire passer les viticulteurs pour de gros empoisonneurs !
Vous avez raison, continuer de tirer sur les agriculteurs et les gens qui ont encore un semblant de conviction et tuez le savoir-faire de notre pays pour faire un peu d’audimat.
C’est Ecœurant…

Robert 25/03/2015 12:21

Bonjour les gens! En lisant certaines commentaires, je ne comprends pas pourquoi vous ne buvez pas tout simplement des vins issu de la viticulture biologique, sans additifs ni sulfites, d'ailleurs en vente chez NICOLAS (les Prima Natures de chez Gérard Bertrand par exemple) , ou tout simplement de l'eau de source ;) Pour revenir aux sources justement , il y a moins de cent ans, les gens ne buvaient pas encore des vins issus de vignobles infectés par des pesticides, bah dites vous qu'à 40 ans ils mouraient épuisé de leur travail, fatigue et maladie car les médicaments se faisaient encore rare ! Aujourd'hui il est vrai qu'à partir de 50 ans il est intéressant d'aller tout les deux ans chez ans chez un practicien pour faire un contrôle ou un dépistage. Aujourd'hui l'industrie pharmaceutique (produits chimiques) ont permis d'atteindre des scores de moyenne de vie plutôt gratifiant ! Et saviez vous que chaque commentaire posté, chaque recherche sur Google épuise de l'énergie phénoménale, celle qui est gagnée à 90% du nucléaire ? Vous allez en vélo au travail comme moi ou vous vous promenez avec quatre places vide en Mini Cooper pour aller chercher du pain ? Alors avant d’avoir un avis surtout, vérifiez chez vous ce que vous apportez personnellement pour que ce monde est plus sein !

Urvoy 26/03/2015 22:30

Merci Robert, merci et merci... je suis gérant d'un magasin Nicolas et je suis torturé par les propos de mes collègues, notre maison existe depuis presque 200 ans et la personne responsable des achats et de laa qualité est en poste depuis 40 ans, un Monsieur très respectable et compétent. Avant d etre mis en vente sur notre réseau, les vins sont analysés et goutés trois fois, ce qui représente 18 000 échantillons testés tout les ans. Je ne peux pas tolérer de voir mon employeur mis à mal de cette façon et surtout de voir la détresse de mon PDG... de Surcroit ce reportage est totalement incomplet... Merci encore de citer notre enseigne dans votre commentaire car croye moi il y a plein de belles compétences dans cette maison... Bien à vous

Syrah69 25/03/2015 08:48

Un reportage malheureusement sans la moindre nuance, bâclé, qui présente deux extrêmes; les vins hyper industriels et les vins naturels… Mais il y a un monde entre les deux. Il existe des vins sincères, presque naturels, mais qui n’excluent pas de faire appel quand il le faut à l’oenologie pour sauver une cuvée. Il est également dommage de ne pas questionner un caviste indépendant sur la question. Une présentation des différents labels bio et bio dynamiques aurait été pertinente. Dommage, les personnes qui abordent le sujet sont rares.

jpa 07/04/2015 19:37

merci URVOY
c 'est un des meilleurs degustateur que je connaisse
Chapeau bas
un modele pour les jeunes

Marc 24/03/2015 21:09

Comment nier ce que l on peut voir tous les jours dans le monde vinicole tjrs plus de traitements comment croire qu on ne puisse pas les avoir dans les bouteilles ces produits nocifs pour notre santé, heureusement que certains viticulteurs ont arrêté ces procédés merci au producteurs bio

Luc 24/03/2015 18:26

Spécial investigation ......ou comment la réalité peut être détourner par une émission et ses "journalistes" pour ouvrir au spectateur un aussi grotesque mensonge.
La vérité , la vrai dans le domaine du vin est celle qui ce partage et non celle qui s'écoute.
Encore une émission , une de plus, qui ne fait pas avancer notre belle France mais qui la souille et lui crache dessus , Honte sur vous !

Luc 25/03/2015 10:54

j'ai été sommelier , puis assistant d'exploitation dans un vignoble, aujourd'hui je suis caviste , fort de mes connaissances je peux m'exprimer avec une certaines force de vérité , qu'en est t'il de vous?
Un ami et passionné de vin ; qui est caviste Nicolas, m'a expliqué comment c'était passé leur reportage. Après avoir fait leur "pièce de théâtre en magasin " sous couvert de transparence (pourquoi une caméra cachée pour laissé dire une verité, il n'y a rien qui choque?) les "journalistes ont été invités au siège par le PDG Eudes Morgan pour justement offrir de la transparence aux consommateurs en ouvrant les portes des laboratoires d'analyses Nicolas. Bizarrement aucunes images retransmises , de même sur la formation , toujours rien qui choque ?......
Petit conseil , apprenez à vous faire vos propres opinions en vérifiant vos données, vous n'en sortirez que plus grand .

Il est toujours bien plus facile pour l’intelligence humaine de premier niveau de noircir un tableau en caricature que de lui offrir une lumière pour en apprécié le travail.

Je continuerai mon travail avec les mêmes convictions , quant à vous je vous invite à rejoindre votre troupeau de moutons pour brouter votre herbes si magnifiquement vertes, en apparences....

Ta Conscience 25/03/2015 09:19

Monsieur travaille surement chez ce "bon" caviste Nicolas pour se voiler la face ! Plus de 40 intrants chimiques dans nos bouteilles après des sulfatages toute l'année en vigne, des doses de sulfites qui attaquent, à terme, les terminaison nerveuse, des arômes pour redonner vie à ces vins morts, du business sur le dos de notre santé alors que beaucoup n'utilisent rien d'autre que du ... raisin !! Donc, oui, continuez à vous voiler la face, à boire vos saloperies et à vous empoisonner à petit feu. ps: Ce n'est pas cette émission qui crache sur la France mais bien ces "vignerons" qui crachent sur les Français !!