"Travail au noir" dans "Le Monde en face" ce soir sur France 5

Publié le 14 Avril 2015

Marina Carrère d’Encausse (Crédit photo : Delphine Ghosarossian / Sipa / pour FTV)

Marina Carrère d’Encausse (Crédit photo : Delphine Ghosarossian / Sipa / pour FTV)

Ce mardi à 20h35, Marina Carrère d'Encausse présentera sur France 5 un nouveau numéro du magazine "Le Monde en Face", avec au programme "Travail au noir", un sujet de Cyril Denvers et Marie-France Barrier pour Galaxie Presse.

D’après une étude de 2012, un Français sur trois pratiquerait, occasionnellement, le travail au noir. Ce que confirment les chiffres du travail illégal en constante hausse depuis 8 ans. Chaque année, environ 20 milliards d’euros échapperaient à l’Etat soit environ deux fois le trou de la sécu !

Cyril Denvers et Marie-France Barrier sont partis à la rencontre de ceux qui luttent et de ceux qui « vivent » du travail au noir.
Valérie, restauratrice dans l’Ouest de la France, revendique ne pas déclarer trois employés et déclare trafiquer le chiffre d’affaires de son entreprise. Elle est représentative de ces nouveaux vents de révolte que sont les tondus, les bonnets rouges ou encore les pigeons ...
L’URSSAF, de la région PACA à Marseille se bat pour récupérer les cotisations impayées sur les marchés. Durant les fêtes de fin d’année, elle traque aussi les pères-noël victimes d’arnaque au faux statut d’auto-entrepreneur.

Un dispositif légal mais détourné vers le travail dissimulé comme le faux détachement gangrène le secteur du bâtiment en France. Des ouvriers sous-traitants, venus des pays de l’est, ne sont parfois même pas connus des donneurs d’ordre.

Le CODAF (Comité Opérationnel Départemental Anti Fraude) se rend sur un important chantier parisien pour un contrôle renforcé par plus de soixante policiers.

Yvon, 72 ans, est victime de la pré-quantification, c'est-à-dire du travail dissimulé légalement. A la retraite, il n’a pas d’autre choix que de faire de la distribution de prospectus. Un secteur où les heures supplémentaires n’existent pas !
ème

Dans le 10 arrondissement de Paris, des coiffeuses, pour la plupart « clandestines », se sont révoltées contre le travail au noir et contre des conditions de travail proches de l’esclavage moderne. Elles font grève et réclament des fiches de paie. Une première dans un quartier où l’Omerta est, généralement, de règle...

Rédigé par LZDP

Publié dans #LMEF, #France 5

Commenter cet article

Voviaux 14/04/2015 22:14

Oserez vous parler des caisses noires de certaines administrations .....car là aussi des personnes sont rémunérées au noir...et pas de contrôle !!!!!!