"Bientôt dans vos assiettes... (de gré ou de force)" dans Spécial Investigation sur Canal+

Publié le 18 Mai 2015

Stéphane Haumant (Crédit photo Philippe Mazzoni / Canal+)

Stéphane Haumant (Crédit photo Philippe Mazzoni / Canal+)

Ce lundi à 22h55, Stéphane Haumant nous proposera sur Canal+ dans "Spécial Investigation" le document "Bientôt dans vos assiettes... (de gré ou de force)", une enquête de Paul Moreira pour Premières Lignes.

Il y a 15 ans, des firmes agro-chimiques comme l’Américain Monsanto nous promettaient une révolution agricole high-tech. Leurs organismes génétiquement modifiés (OGM) devaient améliorer le rendement des récoltes et éradiquer la faim dans le monde.

Quinze ans et quelques polémiques plus tard, que reste-t-il de ces promesses ? La faim dans le monde est toujours là. Quant aux rendements des récoltes, ils ont effectivement augmenté. Mais à quel prix ? Le recours systématique aux herbicides chimiques a réduit les besoins en main d’œuvre agricole. Ces substances toxiques répandues dans les champs d’OGM ont peu à peu perdu de leur efficacité, obligeant les industriels à concevoir des cocktails plus puissants, dont les effets sont pour l’instant inconnus sur les sols... et sur les hommes.

Un peu partout la résistance s’organise. En Argentine, où les riverains des exploitations transgéniques dénoncent une pollution massive et un accroissement important des maladies enfantines. Au Danemark, où des centaines de bêtes nourries au soja OGM meurent de maladies gastriques aux causes inconnues. Et en France, où le bras de fer entre pro et anti OGM reste explosif.


Mais un événement pourrait bientôt changer la donne : la négociation en cours du traité transatlantique entre l’Europe et les Etats-Unis. S’il est signé, il pourrait ouvrir définitivement les vannes des OGM chez nous.

Pour SPECIAL INVESTIGATION, Paul Moreira enquête sur la face cachée de cette industrie et sur la bataille qui se livre actuellement pour l’imposer à toute la planète.

Rédigé par LZDP

Publié dans #Spécial Investigation, #Canal+

Commenter cet article