"Dictatures, business : diplomates de l'ombre" dans "Complément d'enquête ce soir sur France 2

Publié le 7 Mai 2015

Nicolas Poincaré (Crédit photo : Nathalie Guyon / France 2)

Nicolas Poincaré (Crédit photo : Nathalie Guyon / France 2)

Ce jeudi à 22h25, Nicolas Poincaré présentera sur France 2 un nouveau numéro de Complément d'Enquête qui aura pour sujet « Dictatures, business : diplomates de l'ombre ».

Leur visite à Damas, il y a deux mois, a surpris et choqué. Que sont allés faire quatre députés français dans le palais de Bachar Al-Assad, président d’un pays en guerre, avec lequel la France a rompu toute relation diplomatique ? Qui a organisé cet étrange voyage ? Et dans quel but ? Ils sont politiciens, élus ou businessmen et ne craignent pas de côtoyer d’infréquentables dictateurs. Complément d’Enquête a retrouvé et suivi à Damas Jérome Toussaint, un homme de l'ombre qui œuvre aujourd'hui encore à un rapprochement du pouvoir syrien avec certains Français.

Diplomatie de l'ombre, realpolitik, au sommet de l'Etat, des hauts fonctionnaires entretiennent des contacts avec les régimes les plus autoritaires. C’est ce qu’a fait Claude Guéant, ancien ministre de l’intérieur, aujourd’hui empêtré dans le scandale politico-financier Franco-Libyen.

Quels intérêts ces hommes défendent-ils ? Sont-ils utiles ? Pourquoi prennent-ils autant de risque ? De Damas à Tripoli, en passant par Paris, Complément d’Enquête sur ces «apporteurs d’affaires», lobbyistes chevronnés et négociateurs discrets : les diplomates de l’ombre.

Mon ami le dictateur
Un reportage de Romain Boutilly et Florian Le Moal
Pour Jérome Toussaint, défenseur des chrétiens d’Orient, l’ennemi d’hier peut devenir l’allié de demain dans la guerre contre le groupe Etat Islamique. Voyages de députés, circuits touristiques dans un pays en guerre, le Français se démène pour faire évoluer l’image du dictateur syrien.

Guéant : de la lumière à l’ombre
Un reportage de Romain Verley et Tristan Waleckx
Préfet, secrétaire général de l’Elysée, ministre de l’Intérieur, il a servi l’Etat au plus haut niveau, avant de se retrouver mêlé à un scandale politico-financier. Du sauvetage réussi des infirmières Bulgares aux affaires de financement illicite de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012, Claude Guéant a-t-il joué avec le feu ?

Rédigé par LZDP

Publié dans #France 2

Commenter cet article