Tout se partage et La revanche des charcutiers dans Reportages sur TF1

Publié le 23 Mai 2015

Crédit photo : Christophe Chevalin / TF1

Crédit photo : Christophe Chevalin / TF1

Comme chaque samedi et dimanche à 13h30, TF1 proposera à ses téléspectateurs un nouveau numéro de son magazine Reportages avec au sommaire aujourd'hui :

Tout se partage
Plus de 7 Français sur 10 seraient adeptes d'économie collaborative. Véritable phénomène de société, l'économie de partage a profité de l'essor des réseaux sociaux pour toucher le plus grand nombre. Tous les domaines sont concernés : l'alimentation, les transports et les services. Depuis dix ans, le partage est devenu une vraie philosophie de vie. Crise économique, délitement du lien social, c'est une réponse aux bouleversements de notre société. Qui sont ces Français qui vivent à l'heure du collaboratif ? Pour quelles raisons ont-ils changé leurs modes de consommation ? En quoi cela change-t-il leur vie ? Nous sommes partis à leur rencontre.

La revanche des charcutiers
Jambon, saucisson, pâté en croûte ou fromage de tête... Sur le papier, ça ne fait pas forcément rêver. Pendant des années, la charcuterie était le parent pauvre de la gastronomie française. Si les bouchers, les pâtissiers, fromagers et primeurs sont admirés, le charcutier lui, a encore trop souvent une image ringarde. Pourtant, des artisans français, amoureux de leurs métiers et de leurs produits, s'engagent dorénavant à lui rendre ses lettres de noblesse.

Collections… à la folie, passionnément
Pour les " collectionneurs compulsifs ", tout commence par un " coup de foudre ". Tel un amoureux transi, le collectionneur compulsif devient " obsédé ". Il accumule, achète en double, éprouve le besoin indéfectible de " tout posséder " sur l'objet de sa passion. Il ne s'agit pas d'une pathologie à proprement parler. Pourtant, beaucoup d'entre eux parlent de " virus " : la " collectionnite aigüe ". Son origine ? Une tradition familiale, le désir de perpétuer l'enfance, un espoir déçu...

Rédigé par Sarah

Publié dans #TF1

Commenter cet article