« Qui sera le prochain grand pâtissier » de retour ce soir sur France 2

Publié le 30 Juin 2015

Qui sera le prochain grand pâtissier (Crédit photo : VU Laurent / FTV )

Qui sera le prochain grand pâtissier (Crédit photo : VU Laurent / FTV )

Dès ce soir, France 2 diffusera tous les mardis à 20h55 la troisième saison de « Qui sera le prochain grand pâtissier ? », un programme culinaire produit par Martange Production.

Au menu de cette nouvelle saison, quatre émissions croustillantes de 130 minutes diffusées chaque semaine, présentées par Virginie Guilhaume, accompagnée d’un jury d’exception composé de : Christophe Michalak, Christophe Adam, Philippe Urraca et Pierre Marcolini. Tout au long des émissions, les candidats devront confronter leurs connaissances, leurs techniques et leur créativité au cours d’épreuves qui mèneront le plus doué vers la victoire.

Les épreuves :

Le dessert de l’enfance : Nos pâtissiers ont 3 heures pour raconter au jury leur première émotion sucrée, en proposant une version revisitée du dessert préféré de leur enfance. Une réalisation pour laquelle ils ont carte blanche. Pour nos quatre jurés, c’est un excellent moyen de mieux connaître les candidats dès le début du concours.

Le nougat de Montélimar : C’est au cœur même de la ville de Montélimar, rendue célèbre pour son nougat, que Pierre Marcolini a décidé de mettre nos pâtissiers à l’épreuve. Sous les yeux du chef, les candidats ont 2h30 pour créer une pâtisserie inspirée de cet emblème de la confiserie française, à partir de ses trois ingrédients de base : miel, amandes et blanc d’œuf.

Le baba au rhum : C’est en Lorraine qu’a commencé la formidable aventure d’un des emblèmes de la pâtisserie française : le baba au rhum. Au cœur du château de Lunéville, où la première version du baba vit le jour, nos pâtissiers vont être confrontés à un défi de taille. En équipe, ils auront 3h pour réinterpréter ce grand classique sous deux formes très différentes : un entremets à partager et une version déstructurée.

Chef à domicile : Christophe Michalak met à l’épreuve les pâtissiers à travers un défi totalement inédit dans la compétition. L’objectif : réaliser un gâteau d’anniversaire pour les 10 ans d’une petite fille, dans la cuisine de la maison, avec les accessoires et les produits du placard. Pour le chef, sortir les pâtissiers d’un univers professionnel est un excellent moyen de tester leur créativité et leur capacité d’improvisation.

Le buffet « Fête foraine » : Au cœur du musée des Arts forains, à Paris, Christophe Adam donne aux pâtissiers carte blanche pour réaliser un buffet inspiré des produits de la fête foraine... Guimauve, gaufre, beignet, pomme d’amour ou barbe à papa doivent se retrouver dans des réalisations de haut niveau. Une surprise de taille attend les candidats... Les invités de ce buffet sont de grands chefs cuisiniers, à la tête de brigades prestigieuses qu’ils rêveraient d’intégrer un jour.

Le tirage au sort : Nos pâtissiers ont 2h30 pour réaliser un dessert à l’assiette à partir d’ingrédients tirés au sort. Pour les tester sur l’une des tendances en vogue dans la pâtisserie, les chefs ont intégré des légumes et des épices à ce tirage au sort... Fenouil, céleri ou poivre de Java, les pâtissiers vont devoir faire preuve d’originalité pour séduire le jury.

La Feuille d’automne : En hommage au père de la pâtisserie moderne, Gaston Lenôtre, Philippe Urraca demande à nos pâtissiers de revisiter l’une des plus célèbres créations de ce monstre sacré : la Feuille d’automne. Notre juré a également un invité de marque pour l’accompagner pendant l’épreuve : Guy Krenzer, directeur de création de la maison Lenôtre. Il proposera au gagnant de l’épreuve de mettre en vente sa création tout l’été dans l’une de ses enseignes parisiennes.

Le buffet de prestige : L’épreuve incontournable de la grande finale de la compétition prend cette année une tournure exceptionnelle. Guillaume Gomez, chef des cuisines de l’Elysée, a souhaité confier aux finalistes la réalisation des buffets de la Journée de la pâtisserie organisée par l’Elysée en l’honneur de la profession. Nos pâtissiers auront 5h et l’aide de deux commis pour relever ce défi, et faire honneur aux plus grands noms de la pâtisserie française présents pour l’occasion

Rédigé par LZDP

Publié dans #France 2

Commenter cet article