Sortie du livre « La TNT, un scandale d’Etat » de Didier Maïsto

Publié le 25 Juin 2015

Sortie du livre « La TNT, un scandale d’Etat » de Didier Maïsto

Alors que le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) s’interroge toujours sur la cession de la chaîne Numéro 23 au groupe NextRadio TV et doit restituer prochainement sur le sort de Paris Première et LCI, « La TNT, un scandale d’Etat » est sorti en kiosques, maisons de la presse et Relay (192 pages - 12 euros).

Ecrit par Didier Maïsto, ancien journaliste au Figaro et Président de Fiducial Médias, l’ouvrage raconte dans les moindres détails l'appel à candidatures du CSA pour les six dernières chaînes de la TNT : on lira avec une grande attention les conditions de l’appel à candidatures et les suites de l'attribution du canal 23 à Pascal Houzelot, qui tente de revendre sa fréquence gratuite à Alain Weill (BFM, RMC)... pour 90 millions d'euros.

Un véritable scandale d'État qui émane des preuves rapportées par l’auteur. L'ouvrage proposera un passionnant voyage de l'intérieur, où l'on rencontrera l’ancien président du CSA Michel Boyon, Patrick Buisson, David Kessler, Camille Pascal et autres hommes politiques, producteurs ou acteurs de Bygmalion.

Le livre qui comprend également de nombreuses illustrations de Lefred-Thouron rapporte les témoignages édifiants d’anciens membres du CSA comme Rachid Arhab.

Bien des questions demeurent : si l’on voit bien qui bénéficie in fine du canal TNT (Alain Weill), quelles ont été les contreparties et qui en a profité ou en profitera ? Est-ce une nouvelle affaire dans l’affaire Bygmalion, après le volet audiovisuel impliquant France Télévisions ? Pourquoi ce besoin irrépressible du CSA et de la sarkozie – et les deux se confondaient à l’époque – d’accorder un canal TNT à Pascal Houzelot, sur la foi d’un projet stupide, irréaliste et non financé (et d’ailleurs non réalisé), sinon pour une préemption qui ne dit pas son nom ? Cette « mise au chaud » est-elle bien légale, comme on le lit un peu vite ici ou là, simplement parce que le délai de revente de deux ans et demi a été respecté ? (…)
De même, le projet, initialement nommé « Tvous la Télédiversité », une fois obtenu le blanc-seing du CSA, dirigé de fait à l’époque par le seul Nicolas Sarkozy, a-t-il été rebaptisé dans l’urgence Numéro 23. « Quand le président de la République dit quelque chose, le président du CSA écoute », avait ainsi confié à l’auteur de ces lignes un Patrick Buisson définitif et sûr de lui, quand Camille Pascal, la plume du président-candidat, par ailleurs ancien secrétaire général de France Télévisions entendu par le juge Van Ruymbeke dans le cadre de l’affaire Bygmalion, essayait d’obtenir des financements privés pour ses amis producteurs souhaitant lancer des chaînes régionales. Élue à la majorité absolue par les Sages pour être « une chaîne culturelle thématique axée sur toutes les diversités », la convention de la chaîne sera, juste avant le lancement de celle-ci, habilement et discrètement réécrite, afin qu’elle puisse diffuser, grâce à son nouveau statut de mini-généraliste, des programmes US essentiels, tels que… « Concours de tatouage, le défi : avez-vous déjà réussi à tatouer un amputé ? »

Extrait du livre

Rédigé par LZDP

Publié dans #Littérature

Commenter cet article