"Vu sur Terre" nous entraîne au Québec ce soir sur France 5

Publié le 20 Juillet 2015

"Vu sur Terre" nous entraîne au Québec ce soir sur France 5

Partager la planète et ses trésors, contempler ses splendeurs pour mieux la préserver, tels sont les objectifs de la série "Vu Sur Terre". Le Québec, la Bolivie, le Nevada, la Bretagne, le Japon et le Botswana sont les six nouvelles destinations à découvrir dans cette sixième saison diffusée chaque lundi à 21h30 sur France 5.

Le Québec est surnommé la Belle Province. Sur cette terre d’Amérique, l’histoire a laissé en héritage la langue française. Pays des rivières lointaines, c’est aussi la patrie des forêts immenses. Elles couvrent une surface plus vaste que la France. Au Québec, les grands espaces donnent envie aux hommes et aux femmes de se confronter au monde sauvage. Il est à portée de main mais on ne s’improvise pas aventurier ou trappeur.

Audrey Beauchemin a répondu à l’appel d’une nature qui la fascine et qu’elle veut préserver. Après des études d’art et de commerce à Montréal, elle a décidé de s’installer en Minganie. Dernière frontière pour tous les Québécois, c’est l’endroit le moins peuplé de la côte Nord du Golfe du St-Laurent. Seul le bruit des vieux hydravions rompt le silence de ce territoire démesuré et inaccessible. L’intérieur de la Minganie est resté longtemps inexploré. C’est par goût de l’aventure qu’Audrey a choisi de vivre là.

Michel Béland est trappeur. C’est un colosse capable de parler aux arbres avec douceur et de comprendre le langage des animaux sauvages. La saison de la trappe des castors vient de débuter. Une quête immémoriale commence au cœur des forêts de Mauricie. La trappe permet à Michel de remonter la piste de ses ancêtres et de retrouver le chemin de son enfance passée auprès des indiens Attikaweks. A l ‘époque des pionniers de la Nouvelle France, les trappeurs étaient surnommés les indiens blancs, les coureurs des bois et faisaient commerce des fourrures. En vivant comme eux, Michel rend hommage à ces hommes du Grand Nord.

Dans la famille Carabinier, il y a Alain, un suisse émigré au Canada il y a plus de 30 ans et son fils Antoine. Ils font partie d’une tribu familiale surprenante : le cirque Alfonse. C’est Antoine qui a eu l’idée de fonder la compagnie de cirque. « Timber », leur dernier spectacle raconte l’histoire légendaire des camps forestiers et des bûcherons. « Timber » résonne dans toutes les forêts du Québec. C’est le cri des bûcherons juste avant que l’arbre ne tombe. Le spectacle du cirque Alfonse a vu le jour dans une cabane en bois en plein hiver.

Rédigé par LZDP

Publié dans #France 5

Commenter cet article