"Vu sur Terre" nous entraîne en Bretagne ce soir sur France 5

Publié le 17 Août 2015

"Vu sur Terre" nous entraîne en Bretagne ce soir sur France 5

Partager la planète et ses trésors, contempler ses splendeurs pour mieux la préserver, tels sont les objectifs de la série "Vu Sur Terre". Le Québec, la Bolivie, le Nevada, la Bretagne, le Japon et le Botswana sont les six nouvelles destinations à découvrir dans cette sixième saison diffusée chaque lundi à 21h30 sur France 5.

A la pointe de la Bretagne, la mer révèle sa puissance et sa beauté hostile. La tempête fascine, fantasme sauvage pour les terriens et menace tragique pour les marins. Au bout du Finistère, des hommes font preuve d’humilité et de courage pour pêcher un poisson noble dans les courants du Raz de Sein : le bar. D’autres, intrépides chasseurs de tempêtes, traquent le mauvais temps et les plus grosses vagues pour aller au bout d’eux-mêmes et de leur désir d’absolu jamais assouvi. Le Raz de Sein est un détroit minuscule entre la pointe du Raz et l’île de Sein. Pour les marins, c’est l’endroit le plus périlleux de Bretagne, le plus mythique aussi. Olivier Mével est une des gueules d’embruns de la pointe, un marin à la tête dure, aristocrate de la pêche. Olivier est le patron de « Mundaka », un des bateaux ligneurs d’Audierne. Il fait partie du club restreint de ceux qui narguent les déferlantes du Raz de Sein.

Jean Bulot est capitaine tempête. Il a commandé un bateau mythique : « l’Abeille Flandre », remorqueur de haute mer capable d’affronter les pires conditions au large de la Bretagne pour venir en aide aux navires en détresse. Jean remonte le sillage de sa vie de marin, là où ses aventures de sauveteur ont balisé son parcours. Infatigable conteur du monde maritime, Jean a le regard océan et la mémoire salée.

Il arrive qu’à l’extrême ouest de la Bretagne, les tempêtes se succèdent pendant des jours et des nuits… Quand tout le monde se protège de cette furie du temps, seule une poignée d’hommes avides de sensations fortes sort affronter les déferlantes. A la pointe du cap Sizun, Bruno André est une figure à part. Il est à la poursuite des soubresauts de l’océan… Jean-René Keruzoré est un cinéaste, chasseur de tempête. Il guette les dépressions, avide d’immortaliser des images de gros temps. Thomas Traversa est un grand windsurfer, champion du monde de vagues. Avec lui, la planche à voile n’est plus un sport mais une chorégraphie. Fragile danseur, il dessine des arabesques entre le ciel et la mer et s’amuse de la folie d’un océan démonté.

Rédigé par LZDP

Publié dans #France 5

Commenter cet article