"L'effet papillon" nous entraîne en Afghanistan, en Chine et en Italie ce dimanche sur Canal+

Publié le 13 Décembre 2015

Daphné Roulier (Crédit photo : Xavier Lahache / Canal+)

Daphné Roulier (Crédit photo : Xavier Lahache / Canal+)

Il y a des décisions parfois surprenantes au sein des chaînes de télévision comme celle de passer l'excellent magazine "L'effet papillon" en crypté en plus de changer son jour de diffusion.

Seuls les abonnés de Canal+ peuvent donc retrouver chaque dimanche à 15h10 Daphné Roulier aux commandes du magazine de référence de l'actualité internationale produit par CAPA et donc la rédaction en chef est assurée par Thomas Zribi.

AFGHANISTAN, ENQUÊTE SUR L'HÔPITAL BOMBARDÉ de Laurent Hamida
Que s’est-il passé à Kunduz en Afghanistan dans la nuit du 2 au 3 octobre dernier ? Les raids américains sur l’hôpital de Médecins sans Frontières (MSF) étaient-ils intentionnels ? S’agit-il, comme l’affirme l’ONG, d’un crime de guerre ? Après avoir multiplié les versions contradictoires, les Etats-Unis jurent aujourd’hui qu’il s’agit d’un accident. Seule certitude : les frappes ont tué 30 civils dont 12 membres de MSF.
MSF, qui dénonce un raid destiné à «tuer et à détruire», réclame une enquête indépendante. En vain. PAPILLON s'est rendu sur place, là où aucune caméra occidentale ne s’aventure, pour mener la sienne. Les conclusions de notre reporter sont accablantes. Document exclusif.

CHINE, FEMMES GARDES DU CORPS de Ibar Aibar
En Chine, les jeunes filles rêvent moins du Prince Charmant que de devenir les «Lara Croft» de la protection rapprochée. Elles sont de plus en plus nombreuses à embrasser un métier, jusque-là chasse-gardée des hommes et au cours des cinq prochaines années, 600.000 gardes du corps femmes devraient débouler sur le marché. La profession se féminise nettement, et la demande explose car elles ont l’avantage d’être plus discrètes que leurs homologues masculins. Et tout aussi désarmantes.

ITALIE, L'EQUIPE DE FOOT DES MIGRANTS de Alexandre Duyck avec Charles Baget
Il est de notoriété publique que le football est un facteur d’intégration. En voilà une belle illustration. Près de 100.000 migrants ont rejoint l’Italie depuis le début de l’année. Voici l’histoire d’une équipe de foot exclusivement composée de migrants venus d’Afrique et recrutés dans les camps d’hébergements de Rosarno en Calabre, dans le Sud de l’Italie. La plupart des joueurs de l’équipe de Koa Bosco, c’est son nom, vit sous des tentes ou dans des containers aménagés en logements… Mais avec la rage de ceux qui n’ont plus rien à perdre, ils se sont mis à gagner et en deux ans à s’imposer en «seconde catégorie», l’équivalent de notre huitième division. Un petit miracle.

Rédigé par Sarah

Publié dans #Canal+, #EffetPap

Commenter cet article