Le 22 décembre, les animateurs et journalistes de France 2 remontent sur les planches avec "L'hôtel du libre échange"

Publié le 3 Décembre 2015

L'hôtel du libre échange (Crédit photo : Gilles Scarella / FTV)

L'hôtel du libre échange (Crédit photo : Gilles Scarella / FTV)

A l’initiative d’Olivier Minne et sur une idée de Jean-François Varlet, une troupe d’une trentaine d’animateurs et journalistes de France 2 s'est retrouvée pour répéter durant 5 semaines et jouer en public un seul soir l’un des chefs d’œuvres de Georges Feydeau, « L’Hôtel du libre échange », qui sera diffusé le mardi 22 décembre à 20h55 sur France 2.

On retrouvera au casting Thierry Beccaro (Pinglet), Bruno Guillon (Paillardin), Patrice Laffont (Mathieu), Virginie Guilhaume (Marcelle), Valérie Maurice (Madame Pinglet), Damien Thévenot (Maxime), Carinne Teyssandier (Victoire), Henry-Jean Servat (Bastien), Willy Rovelli (Boulot), Tex (Commissaire), Sylvie Adigard (Eugénie), Nelson Monfort (Commissionnaire Principal), Philippe Collignon (Commissionnaire 1), Alexandre Marcellin (Commissionnaire 2), Alex Jaffray (Commissionnaire 3), Evelyne Leclercq (Chervet), Michel Drucker et Sophie Davant (Le Monsieur & La Dame), Gérard Holtz et Béatrice Benoit Gonin (Ernest & La Dame), Frédéric Zeitoun (Le tailleur), Jean-Baptiste Marteau, Igor et Grichka Bogdanov (Les agents), Laurent Luyat, Isabelle Martinet et Olivier Minne (Un trio libertin), Anthony Laborde et André Bouchet (Les apaches), Pia Chavanis (Pervenche), Andréa Tiberghien (Paquerette) et Myrtille Carpentier (Marguerite).

Pour cette représentation exceptionnelle, la troupe des animateurs a ouvert sa distribution à trois jeunes talents féminins : Pia Chavanis, Andréa Tiberghien et Myrtille Carpentier. Ces trois jeunes élèves-comédiennes incarnent les filles de Mathieu.

Au coeur de l’intrigue, deux couples, voisins et amis. D’un côté, les Pinglet : vingt ans de noce au compteur et presque autant de franche lassitude. L'entrepreneur Benoît Pinglet, allure fragile, est totalement écrasé par Angélique, épouse acariâtre qui n'a rien d'angélique. La mégère revêche et castratrice n'est pas le moins du monde apprivoisée.

De l’autre, les Paillardin. Ils ne sont mariés que depuis cinq ans, mais la passion n'a pas duré. Ils n’ont désormais plus de « paillard » que le nom… ! Monsieur délaisse Madame. Laquelle, de surcroit fort jolie, se retrouve aussi frustrée que dépitée…

Rédigé par LZDP

Publié dans #France 2

Commenter cet article