"Non-assistance à personne en danger" dans "Le monde en face" ce soir sur France 5

Publié le 8 Décembre 2015

Marina Carrère d'Encausse (Crédit photo : Nathalie Guyon / FTV)

Marina Carrère d'Encausse (Crédit photo : Nathalie Guyon / FTV)

Ce mardi à partir de 20h40, les téléspectateurs de France 5 pourront retrouver Marina Carrère d’Enchaussé aux commandes d’un nouveau numéro de magazine « Le Monde en Face » avec au sommaire, « Non-assistance à personne en danger », un documentaire d'Aurélia Bloch qui présente son enquête :

« Le 25 avril 2014, Cécile est agressée sur le quai de métro de Lille, un homme tente de la violer, la scène dure plusieurs minutes alors qu’une vingtaine de témoins sont présents sur le quai.

Comment expliquer la passivité des témoins? Est-ce un manque de courage, d’empathie ? La peur paralysante est-elle plus forte que tout ?

"Effet spectateur" pour les sociaux-psychologues, "effet tunne A PERSIl" pour la police ou encore "effet de sidération" : des mots vains pour nommer notre passivité.

Ce documentaire décrypte les mécanismes qui peuvent pousser un individu à aider ou à ne pas secourir une personne en péril.

Face à une agression, le témoin passif doit faire face à un tourbillon d'interrogations, qu'il ne sait peut être pas gérer, et qui peut le pousser à ne pas agir. Et c’est justement ce que j’ai vécu...

Je m'appelle Aurélia Bloch, j'ai été témoin d'un viol et je n'ai pas agi. Je suis coupable de non-assistance à personne en danger. C'est la première fois que je relate cette histoire qui me hante depuis ce jour de mai 2003 ».

Après la diffusion de ce documentaire, Marina Carrère d'Encausse propose un débat avec deux invités.

Rédigé par LZDP

Publié dans #LMEF, #France 5

Commenter cet article

mariam 08/12/2015 22:33

Bonsoir, aide-soignante dans une maison de retraite.
J'ai constaté de la mal traitence envers les personnes âgées.
je les signaler à mon équipe puis ne voyant aucune améliorations, j'en ai parlé à ma ma hiérarchie.
Sans bien sûr jamais dénoncer ms collège mais insister sur les Résidents et parlé de leurs états et comment y remédier.
Au lieu de ça, j'ai été exclu, surveiller, ... Jusqu'au harcèlement.
Maintenant c'est moi qui et fait dépression et qui suis sous antidépresseurs et suis suivi par des spécialistes.
Jusqu'à maintenant, je me demande, pourquoi est ce que j'ai pris la défense de"ses p'tits vieux" ?
Mais que je n'ai pas fait comme mes collègues ? qui voient les mêmes choses que moi et qui pourtant ne font rien !.
Le courage et la pire des choses que j'ai pu avoir, j'ai décidé de faire ce métier car j'aimer ma vie et je voulais donné un peu de ma joie de vivre au personnes autour de moi et surtout aux personnes âgées qui ont tant fait pour nous, et qui parfois maintenant se retrouvent seuls.Mais a la place je me suis pris une grosse claque qui m'a remis en place et surtout mis face à la réalité.
Je suis tombé sur votre reportage par hasard.
Et je l'ai regardé, il très intéressant, mais malheureusement l'être humain est méchant et ont peut rien y faire.
Bon courage et merci de m'avoir lu.
Bonne soirée.