"Quand j'avais 6 ans, j'ai tué un dragon" dans Infrarouge ce soir sur France 2

Publié le 23 Février 2016

"Quand j'avais 6 ans, j'ai tué un dragon" dans Infrarouge ce soir sur France 2

Dans le cadre de sa case « Infrarouge », France 2 diffusera ce mardi dès 22h30 "Quand j'avais 6 ans, j'ai tué un dragon", un documentaire inédit écrit et réalisé par Bruno Romy.

Un matin d'avril 2012, le cinéaste Bruno Romy et la dessinatrice Annabelle Cocollos apprennent que leur fille Mika, 6 ans, est atteinte d’une leucémie... Huit mois plus tard, quand Mika peut enfin retrouver le chemin de l'école, la famille décide de faire un documentaire intitulé « Quand j’avais 6 ans, j’ai tué un dragon ».

Le film est construit en trois actes. Le premier se concentre sur le séisme du diagnostic, l'annonce aux proches, la première nuit à l'hôpital, l'angoisse totale... Le deuxième relate la vie d'un service d'oncologie pédiatrique, les soignants, les autres enfants malades et leurs parents, l'adaptation à un autre monde... jusqu'au retour à la maison. Le troisième évoque les incessants séjours à l'hôpital, les transformations physiques causées par les chimiothérapies, la vie quotidienne avec le cancer... jusqu'au matin où Mika retourne à l'école, coiffée de son chèche, le sourire aux lèvres.

Les voix off de quatre personnages sont au premier plan de l'univers sonore. Ils parlent à l'oreille de chaque spectateur. Ils nous confient leurs réflexions, leurs états d'âme. Chacun a sa façon propre de parler, la spontanéité de l'enfant, la force de la maman, la fragilité du papa, la distance professionnelle du médecin Odile Minckes.

Les images très rythmées mêlent des tranches de vie réelles, des séquences de fiction, des mises en scène musicales, des animations de dessins de Mika et des illustrations d'Annabelle.

Ce documentaire porte la signature visuelle singulière de Bruno Romy. Sur toutes ses oeuvres de fiction planent les esprits de Chaplin, Tati ou Keaton. Ces génies veillent aussi sur ce documentaire : une savante orfèvrerie créative, bricolée au millimètre. Le travail du cinéaste a été de chercher la bonne distance, la poésie et l'humour.

Rédigé par LZDP

Publié dans #Infrarouge, #France 2

Commenter cet article