"Jeanette O'Keefe, la mort au rendez-vous" dans "Faites entrer l'accusé" sur France 2

Publié le 3 Avril 2016

Frédérique Lantieri (Crédit photo : Jean Pimentel / FTV)

Frédérique Lantieri (Crédit photo : Jean Pimentel / FTV)

Ce dimanche à 22h35, Frédérique Lantieri présenta sur France 2 un nouvel épisode inédit de « Faites entrer l’accusé » qui aura pour thème « Jeanette O'Keefe, la mort au rendez-vous », un document d'Emilie Lançon.

Le 2 janvier 2001, une Australienne de 28 ans est retrouvée morte dans un sac de couchage, cité des Musiciens, aux Mureaux. La jeune femme a été étranglée et a reçu des coups sur la tête. Les policiers relèvent un ADN masculin sous ses ongles. Comment la timide Australienne a-t-elle pu se retrouver à cet endroit, alors qu’elle était de passage en France et n’avait aucune raison de venir se promener dans cette cité où elle ne connaissait personne ? Les policiers vont mettre huit ans à trouver les réponses.

La mort de Jeanette O’Keefe, est en fait le fruit d’une succession de malchances incroyables. Des circonstances malheureuses, qui, d’un rendez-vous manqué à l’autre, ont conduit, le 31 décembre 2000, la jeune Australienne dans les bras de son meurtrier...

Ce soir-là, Jeanette O’Keefe devait passer le réveillon avec Elise, une amie française. Mais les deux jeunes femmes se sont loupées à la station de métro où elles avaient rendez-vous ! Affolée, l’Australienne a alors appelé Anthony, son seul contact en France. Tous deux ont convenu de se retrouver sur les Champs-Elysées, vers 21 heures. Mais le Néo-Zélandais est arrivé en retard. Volontairement. Pour donner une leçon à son amie qui lui avait posé plusieurs lapins. Jeanette, qui a dû croire qu’il ne viendrait pas, a alors téléphoné aux parents d’Elise en leur demandant de l’héberger. Une conversation compliquée entre un couple qui ne parle pas anglais et une jeune fille incapable de s’exprimer en français. Jeanette a-t-elle compris leurs explications ?

S’est-t-elle perdue dans le RER ? Ou bien y a-t-elle fait une rencontre qui l’a détournée de son chemin ? Toujours est-il qu’elle n’est jamais arrivée chez les parents de son amie et qu’un homme a profité de sa malchance.

Les policiers, qui n’ont qu’une trace ADN pour tenter d’identifier son meurtrier, convoquent tous les célibataires de la Cité des Musiciens. 120 hommes à convaincre de venir faire un prélèvement, dans un quartier où la police n’est pas la bienvenue… La liste s’épure très lentement.

Le 2 février 2009, huit ans après le meurtre de Jeanette, c’est finalement grâce au fichier national des empreintes génétiques que la PJ de Versailles découvre le nom du meurtrier de Jeanette : Adriano Araujo da Silva. Un homme qu’elle s’apprêtait à convoquer puisqu’il faisait partie des six derniers célibataires de la cité des Musiciens récalcitrants. Un homme, qui, malgré ses dénégations, a été condamné par deux fois, à 30 ans de prison.

Rédigé par LZDP

Publié dans #France 2

Commenter cet article