"Quand les allemands reconstruisaient la France" dans Infrarouge ce soir sur France 2

Publié le 10 Mai 2016

"Quand les allemands reconstruisaient la France" dans Infrarouge ce soir sur France 2

Dans le cadre de sa case « Infrarouge », France 2 diffusera ce mardi dès 22h30 « Quand les allemands reconstruisaient la France » un film de Fabien Théofilakis et Philippe Tourancheau, réalisé par Philippe Tourancheau.

Pour des millions de prisonniers de guerre allemands, la fin de la Seconde Guerre mondiale n’est que le début d’une longue aventure de captivité en temps de paix. Livrés au bon-vouloir de leurs geôliers français, près d’un million d’entre eux vont subir la faim, les épidémies, les mauvais traitements, la rancune des populations. Affectés à la reconstruction du pays que leur armée avait détruit, il ne faudra pourtant que quelques années avant que la haine héréditaire ne cède la place aux prémices d’une amitié durable. Pour la première fois, d’anciens prisonniers racontent cette page longtemps oubliée de l’après-guerre.

Alors que la guerre est finie depuis des mois, le maintien en captivité des prisonniers de guerre par la France commence à susciter des réactions de plus en plus hostiles des Américains. Pour eux, tous les captifs doivent être rapatriés sans délai. Car avec les premiers signes d’entrée en guerre froide, leur priorité n’est plus de faire payer l’Allemagne pour son rôle dans la Seconde Guerre mondiale. Au contraire, il faut l’aider à sortir des ruines pour en faire un rempart face à la menace communiste venue de l’Est.

Des organisations internationales, des Eglises et des médias étrangers commencent aussi à hausser le ton, pour dénoncer des conditions de captivité bafouant sans équivoque la convention de Genève. L’utilisation des prisonniers pour le déminage, en particulier, fait scandale.

Malgré la pression internationale, les autorités françaises font la sourde oreille. Ce n’est qu’au printemps 1947, qu’un calendrier de rapatriement est finalement publié, pour respecter les décisions la conférence de Moscou. Il échelonne le retour des prisonniers en Allemagne jusqu’en décembre 1948. Mais pour retarder le départ inéluctable de ces hommes si utiles à la reconstruction du pays, le ministère du Travail leur propose un contrat de transformation en « travailleurs civils libres ». Ce nouveau statut, qui leur permet d’obtenir une rémunération, rencontre un certain succès : plus de 130 000 prisonniers allemands y souscrivent et restent une année supplémentaire en France. Certains d’entre eux s’établissent même définitivement sur le territoire. Avec la possibilité, jusqu’alors inimaginable, de célébrer officiellement les mariages mixtes, c’est un ultime tabou qui s’effondre.

Fin 1948, le plan de rapatriement général s’accélère. Lorsque les derniers contingents de PGA rejoignent l’Allemagne, ces hommes dans la fleur de l'âge laissent bien souvent derrière eux des amours en jachère et des employeurs affligés…

Rédigé par LZDP

Publié dans #France 2, #Infrarouge

Commenter cet article