"Soldats d'Allah" dans les primes de Spécial Investigation ce lundi sur Canal+

Publié le 2 Mai 2016

Stéphane Haumant (Crédit photo Philippe Mazzoni / Canal+)

Stéphane Haumant (Crédit photo Philippe Mazzoni / Canal+)

Ce lundi à 20h55, Stéphane Haumant nous proposera sur Canal+ dans "Les primes de Spécial Investigation" une enquête de Marc Armone et Saïd Ramzy pour Takia Prod : "TSoldats d'Allah".

Des journalistes ont réussi à infiltrer pendant six mois en caméra cachée un petit réseau français se réclamant de Daech. Pour des raisons de sécurité, les reporters préfèrent rester anonymes.

Le réseau infiltré est composé d’une dizaine de membres. Un personnage se détache parmi eux : Ossama, 20 ans. Il a tenté d'intégrer l'armée française (qui n'a pas voulu de lui), est passé par le satanisme, l'alcoolisme, avant de découvrir l’islamisme radical sur internet. Il a déjà tenté de partir en Syrie et a fait de la prison. A sa sortie, il a mis en place une petite cellule, baptisé "Soldats d’Allah", dont il a été nommé émir. Nous avons pu filmer en longueur les échanges avec lui. On pénètre littéralement dans son cerveau, on comprend ainsi sa détermination à atteindre le martyr. Aller au "paradis" est sa volonté principale, il décrit ce qui l'attend : les femmes, les palais, etc. C'est aussi une tentative de lavage de cerveau des nouveaux membres, qu'il faut convaincre de passer à l'action et de mourir en tuant "un maximum de kouffars" (mécréants).

Les apprentis djihadistes communiquent entre eux, grâce à un réseau social sécurisé : Telegram. Un détenu français dialogue avec eux depuis sa prison. Un autre homme installé à Raqqa, en Syrie, envoie des photos et les encourage. Tout passe par Telegram : des schémas pour préparer des explosifs, piéger des voitures, tuer à coup sûr.
Le groupe change de dimension lorsqu'un un homme venu de Syrie, du territoire de l'Etat Islamique, prend les choses en main. Davantage rompu à la clandestinité, il maintient des relations cloisonnées. Il communique par messages manuscrits, évite internet. Il veut frapper une salle de concert ou un lieu de nuit. Le groupe doit se procurer des armes...

Pour SPECIAL INVESTIGATION, enquête dans la coulisse de cette cellule terroriste.

Rédigé par LZDP

Publié dans #Spécial Investigation, #Canal+

Commenter cet article