Audiences radio "truquées" - Fun Radio dénonce la campagne de calomnie orchestrée par ses principaux concurrents

Publié le 16 Juin 2016

Audiences radio "truquées" - Fun Radio dénonce la campagne de calomnie orchestrée par ses principaux concurrents

En grande forme ces derniers temps dans les sondages publiés par Médiamétrie, le succès de Fun Radio et notamment de la matinale "Bruno dans la radio" crée de grandes jalousies et la station réagit ce jeudi dans un communiqué suites aux différentes attaques qu'elle subit depuis quelques heures.

C'est hier que cette attaque lancée par ses principaux concurrents à savoir les groupes NRJ et Lagardère Active à débuté. En cause ? Une soit-disante manipulation du recueil de l’audience radio mesurée par l’institut Médiamétrie.

Pour la station au son dancefloor, cette action menée contre elle "est proprement calomnieuse et dénuée de fondement. Elle est portée par une coalition de radios majoritairement en baisse sur les derniers sondages".

Les stations concurrentes reprochent notamment à Bruno Guillon, à la tête de la matinale de la station, d'avoir incité ses auditeurs à prendre le temps de répondre aux enquêtes menées
par l’institut de mesure Médiamétrie. Des messages qui rappelons-le tout de même, seuls les auditeurs de cette matinale peuvent entendre...

NRJ et les autres stations font état de « centaines de messages » litigieux. Pour Fun Radio, Il n’y eu à leur connaissance "que trois messages sur une période de 5 mois, de septembre à janvier dernier, qui peuvent être discutables dans leur forme, mêmes s’ils ont été prononcés de façon humoristique".

Alors que Fun Radio connaît une progression ininterrompue de ses audiences depuis 5 vagues, la station rajoute qu'elle n'a elle "jamais contesté les résultats des autres radios, ni remis en question la validité de la mesure d’audience, même lorsque ses résultats ont été moins bons, à certaines époques".

Pour la station musicale jeune de la rue Bayard, "il s’agit donc d’une opération concertée de dénigrement menée par ses principaux concurrents visant Fun Radio et son principal animateur, Bruno Guillon. Cette attaque est aussi la poursuite par certains acteurs d’une politique répétée de déstabilisation de la mesure d’audience du média radio".

En conséquence, Fun Radio se réserve le droit d’engager toute action judiciaire pour faire
valoir ses droits.

Rédigé par LZDP

Publié dans #Fun Radio, #Actu Radio

Commenter cet article