Des Racines & des Ailes sur France 3 Du mont Lozère au plateau de l'Aubrac

Publié le 29 Juin 2016

Carole Gaessler (Ulrich Lebeuf / M.Y.O.P / FTV 2014)

Carole Gaessler (Ulrich Lebeuf / M.Y.O.P / FTV 2014)

Ce soir sur France 3 Des Racines & Des Ailes proposera Du mont Lozère au plateau de l'Aubrac.
Au sud-est du département de la Lozère, la grotte de Malaval est la face cachée du mont Lozère. Interdite au public, elle attire les géologues et les spéléologues du monde entier. Connue depuis des siècles, deux de ses salles les plus incroyables n’ont cependant été découvertes que dans les années 1950. Les salles des Blanches et Super blanches révèlent une profusion de concrétions et de stalactites d’une finesse et d’une pureté uniques au monde. Alain Jacquet, géologue, et deux spéléologues de l’association Malaval qui préserve le site, y réalisent une série de photographies.

Dans les Cévennes, Sylvain Trocellier et Céline Dartis ont décidé de faire revivre d’anciennes techniques agricoles. Dans les spectaculaires gorges de la Jonte, au sud-ouest du département, ils restaurent des terrasses suspendues à 40 mètres au-dessus du vide. C’est dans ce site naturel classé qu’ils cultivent plus de 150 variétés de fruits et légumes. Une initiative qui redonne vie au village du Truel, au cœur d’un décor exceptionnel.

A l’autre bout des Cévennes lozériennes, nous découvrons le projet fou de la famille Darnas. En cinquante ans, elle a réussi à remonter, pierre après pierre, un château médiéval abandonné depuis plus de six siècles : le château de Calberte, édifié sur un piton rocheux et sans route d’accès. Les parents et leurs trois enfants ont fourni un travail de forcenés, sans aucune aide extérieure. Le résultat est spectaculaire.

La Margeride est la partie la plus méconnue de la Lozère. C’est dans ce décor préservé, au nord du département, qu’Alexis Amarger s’occupe d’animaux pas comme les autres. Passionné par les bovins, il s’est intéressé aux aurochs, les ancêtres de nos vaches actuelles. Il les élève sans jamais avoir le moindre contact physique avec eux. Ainsi, il respecte et préserve le caractère sauvage de l’animal.

Rédigé par Sarah

Publié dans #France 3

Commenter cet article