Madagascar, à l'assaut de l'île rouge dans "Les routes de l'impossible" ce soir sur France 5

Publié le 28 Juin 2016

Madagascar, à l'assaut de l'île rouge dans "Les routes de l'impossible" ce soir sur France 5

Les routes de l'impossible est une collection de documentaires d’aventure, de découverte et de grands reportages qui suit la vie quotidienne des gens dans des pays où les infrastructures sont quasi-nulles. Des lieux où pour survivre, il faut prendre tous les risques pour circuler ou juste gagner de quoi se nourrir.

Ce soir à partir de 20h35, France 5 proposera à ses téléspectateurs un épisodes inédit de cette superbe collection produite par Tony Comiti "Madagascar, à l'assaut de l'île rouge".

A travers le monde, des hommes affrontent quotidiennement l'enfer pour gagner leur vie. Alors que les infrastructures sont quasi inexistantes dans leur pays, ils bravent tous les obstacles pour arriver à destination , parfois au périple de leur vie.

La route nationale 5A est la portion de route qui relie Ambilobe, au Nord-ouest de la Grande île, à Vohémar, au Nord-est. C'est une piste de 160 kilomètres, surnommé la "la piste de l' enfer".

En janvier et février, saison des pluies, cette route est difficilement praticable et devient un véritable parcours du combattant. A certains endroits, la piste est trop étroite pour laisser passer deux camions. Mais, c'est la seule voie routière qui permet de rejoindre la côte de la vanille au bord de l'océan Indien. Un handicap pour tout le Nord, l’une des plus grandes zones économiques du pays, car l’état de la route bloque l’écoulement de la vanille et des nombreux minerais de la région.

Le problème de cette route vient de l’absence d’entretien. L’État semble avoir oublié cet axe économique, maltraité en outre par les gros véhicules de transport de marchandises : trous béants, multiples déviations. Ce mauvais état se répercute sur la vie de la région. Par exemple, pour acheminer les fruits et légumes, les cultivateurs doivent recourir aux boutres (bateaux), pour être sûrs de les vendre dans la capitale.

Rédigé par Sarah

Publié dans #France 5

Commenter cet article