Pérou, Nouvelle-Zélande, Bali... le Tour du Monde de Faut pas rêver sur France 3

Publié le 29 Juillet 2016

Delphine GHOSAROSSIAN / SIPA / France Télévisions

Delphine GHOSAROSSIAN / SIPA / France Télévisions

Ce soir, Philippe Gougler nous embarque pour le dernier de ses trois Tours du Monde de l’été avec au programme Pérou, Nouvelle-Zélande, Bali... le Tour du Monde de Faut pas rêver.

Des destinations de rêve sur les cinq continents, avec des rencontres étonnantes et des reportages à couper le souffle. Dépaysement garanti !
Au programme : des destinations de rêve sur les cinq continents, avec des rencontres étonnantes et des reportages spectaculaires. Dépaysement garanti ! Ce troisième voyage nous conduit de l’Islande à la Nouvelle-Zélande, en passant par Bali, la Thaïlande, l’Afrique du Sud, le Pérou et l’Argentine.

Au cours de son périple et de ses rencontres, Philippe Gougler se prélasse dans des sources d’eau chaude au milieu d’une chorale d’hommes en Islande avant de découvrir un sport original à Bali : les combats de criquets ! En Afrique du Sud, Philippe apprend à vivre avec les animaux sauvages, puis prend la direction du Pérou pour récolter du sel dans les fabuleuses salines de Maras. Son voyage s’achève en Nouvelle-Zélande à la recherche d’un drôle d’oiseau : le kiwi.

Les reportages mettent à l’honneur des passionnés de toute sorte, dans des paysages à couper le souffle :

Rax, le plus grand photographe d’Islande, sillonne le pays pour en saisir l’essence. Geysers, volcans, étendues sauvages, paysages lunaires, lumières féeriques… Un voyage où s’affrontent les quatre éléments qui ont façonné cette île insolite : le feu, la glace, la terre et le vent.

La ville de Bangkok, en Thaïlande, abrite 350 km de canaux, « les khlongs ». Un véritable village au cœur de la mégapole, où la vie quotidienne s’organise sur l’eau : vendeurs de nouilles ou de café, marché flottant, bateau-banque… Un mode de vie insolite auquel les habitants sont farouchement attachés.

Le rhinocéros, c’est tout un symbole en Afrique du Sud mais c’est surtout l’animal le plus menacé… Alors, c’est tout le pays qui se mobilise pour sauver cette espèce massacrée pour ses cornes aux vertus aphrodisiaques, vendues à prix d’or en Asie par des braconniers sans scrupules.

En Argentine, Rafael Smart a réalisé son rêve : devenir propriétaire d’une « estancia ». Ce ranch de 60.000 hectares, dans les paysages grandioses de Patagonie, est entretenu à l’année par Manuel le Gaucho qui veille sur les terres et les troupeaux.

Rédigé par Sarah

Publié dans #France 3

Commenter cet article