Saisonniers : enquête sur les forçats de l'été dans Enquête Exclusive sur M6

Publié le 31 Juillet 2016

Bernard de la Villardière (Crédit photo : Benjamin Decoin /M6)

Bernard de la Villardière (Crédit photo : Benjamin Decoin /M6)

Ce soir à 23h, Bernard de la Villardière présentera sur M6 un numéro de son magazine Enquête Exclusive avec au programme Saisonniers : enquête sur les forçats de l'été

Durant l'été, ils sont 1 500 000 (étudiants, professionnels et même retraités) à trouver un travail. On les appelle les saisonniers. Ils sont serveurs, plagistes, vendeurs de beignets, moniteurs de sport, animateurs de camping ou même employés agricoles... Ils profitent de nos vacances pour gagner leur vie, ou un peu d'argent en plus. Si certains dénichent de bonnes places, joignant l'utile à l'agréable, d'autres sont moins chanceux. Leurs jobs au soleil se transforment alors en cauchemar : journées à rallonge, travail au noir, contrats approximatifs ou carrément bidons, heures supplémentaires non payées, logements hors de prix ou insalubres, etc. De Saint-Tropez à Ibiza, de Biscarosse (côte Atlantique) au sud des Alpes, nous avons suivi le quotidien pas toujours tranquille de ces travailleurs saisonniers.

Sans emploi depuis deux ans, Élodie est serveuse dans un restaurant de plage huppé à Saint-Tropez. En été, dans la station balnéaire la plus célèbre de France, elle peut gagner une belle somme d'argent, notamment grâce à de généreux pourboires. De quoi vivre confortablement toute l'année.
Éducateur à Paris, Jonathan a décroché un job de rêve à Ibiza. La journée, il loue des jet-skis aux touristes. Le soir, il court les fêtes branchées de l'île et multiplie les rencontres. Mais Jonathan n'a pas de contrat de travail et il a beaucoup du mal à se faire payer.
Medhi vend des beignets sur les plages de la Côte d'Azur pour financer ses études. Après plusieurs semaines de travail harassant, son patron ne lui a toujours pas versé le moindre centime. Avec d'autres vendeurs de beignets, il a décidé de faire grève pour faire valoir ses droits. Du jamais vu sur la Côte d'Azur.
Retraité, avec une petite pension, Jean-Pierre, 65 ans, a du mal à boucler ses fins de mois. Chaque été, il fait la plonge dans un restaurant près de Toulon.

Pour les travailleurs saisonniers, se faire payer est parfois difficile, se loger l'est encore plus. Loyers exorbitants, hébergements insalubres, studios surpeuplés : en haute saison, les propriétaires en profitent, et parfois même abusent. De nombreux saisonniers, comme Alice et Richard, optent alors pour une vie itinérante en camping-car, à la recherche de travail. Mais cet été, dans les Alpes, ils vont devoir faire face à de sérieux imprévus.

Rédigé par Sarah

Publié dans #M6

Commenter cet article