"Nadia Comaneci, la gymnaste et le dictateur", documentaire inédit ce soir sur ARTE

Publié le 23 Août 2016

"Nadia Comaneci, la gymnaste et le dictateur", documentaire inédit ce soir sur ARTE

Ce mardi à 21h20 (rediffusion dimanche à 16h45), ARTE diffusera « Nadia Comaneci, la gymnaste et le dictateur », un documentaire réalisé par Pola Rapaport.

Nadia Comaneci fut la gymnaste la plus adulée de son temps et probablement la plus célèbre de l’histoire. Son nom est entré dans la légende du sport et figure, à côté de ceux de Muhammad Ali, Pelé ou Jesse Owens, au Panthéon des plus grands sportifs du XXe siècle. Quelques jours après la fin des jeux Olympiques de Rio, ce film retrace son destin exceptionnel.

De la gloire à la déchéance, depuis son enfance et ses premiers entraînements à Onesti jusqu’à sa fuite clandestine hors de la Roumanie communiste, l’histoire de Nadia Comaneci est un véritable roman.

Tout le monde se souvient de la petite fée roumaine aux rubans rouges qui le temps d’un exploit, subjugua la planète : aux JO de Montréal 1976, une jeune gymnaste roumaine de 14 ans s’élance vers les barres asymétriques et en quelques minutes devient un mythe planétaire, et la première athlète de l’histoire à obtenir pour la première fois un 10/10. The perfect ten! L’Occident en fait aussitôt un mythe, le bloc soviétique un symbole. A l’Ouest, la gloire, les reportages télévisés, la Une des magazines. A l’Est, une vague breloque en guise de médaille, un misérable salaire, et toujours la même vie âpre.

Car derrière la perfection technique et la grâce aérienne, derrière le rêve olympique et le record de médailles (5 au total, dont 3 en or), se dissimulait une autre réalité, beaucoup moins rutilante, celle d’une enfant de 14 ans manipulée, instrumentalisée, compromise par une des pires dictatures communistes de l’après-Guerre. Tandis qu’en Occident ses succès lui auraient apporté richesses et privilèges, sous la dictature de Ceaucescu, ses performances l’ont enchaînée à un régime impitoyable.

Conduit sur un mode intime, le récit s’appuie sur des extraits de l’autobiographie de Nadia Comaneci « Letters to a young gymnast », publié en 2003. Composé essentiellement d’archives, le film suit la courbe des rapports entre la gymnaste et le dictateur et retrace la success story d’une surdouée du sport prise dans les mailles d’un régime kafkaïen.

Rédigé par LZDP

Publié dans #arte

Commenter cet article