L'Effet Papillon fait sa rentrée et passe de 35 à 55 minutes

Publié le 11 Septembre 2016

Daphné Roulier (Crédit photo : Xavier Lahache / Canal+)

Daphné Roulier (Crédit photo : Xavier Lahache / Canal+)

Pour ses 10 ans, « L’effet Papillon », le magazine de l’actualité internationale présenté par Daphné Roulier et produit par CAPA évolue et s’installe désormais tous les lundis en deuxième partie de soirée dans une version d’une heure rediffusée également le dimanche à 12h45 en crypté et en clair.

Pour cette nouvelle saison, le magazine déploie ses ailes et passe en format long, soit de 35 à 55 minutes. Qui dit « nouveau départ » dit « nouvelle formule ». Chaque semaine, au programme de PAPILLON : un reportage grand format de 26 minutes, de l’actualité très anglée, des histoires que l’on raconte, aussi souvent que possible avant tout le monde, des droits de suite de reportages que nous avons réalisés, des portraits. Et toujours : des reportages de hard news (tournés et montés en quelques jours sur un important fait d’actualité).

Egalement le retour des séries phares de l’émission, NO GO ZONES, FUCK LE SYSTEME, sources inépuisables de sujets… Mais PAPILLON veut faire encore plus et encore mieux avec de nouvelles collections incarnées telles que BAD BOYS, LE PIRE JOB DU MONDE, ou encore L’AMERIQUE BIEN PROFONDE, de quoi confirmer le statut de « maître du reportage décalé de l’émission ».

PAPILLON FORMAT XL : LIBYE, LE PRIX DU SANG de Laurent Hamida
Cette ville est au centre d’une bataille féroce entre les toutes jeunes forces libyennes qui tentent d’en reprendre le contrôle et Daesh, qui après en avoir fait son fief, rêvait d’en faire sa tête de pont djihadiste aux portes de l’Europe. Pour les uns et les autres, l’enjeu est majeur.
Syrte est un carrefour stratégique, avec son port et son aéroport. Mais la reconquête est beaucoup plus compliquée que prévu. Les combats s’enlisent. Et les djihadistes n’ont plus rien à perdre. Ils défendent la ville, pied à pied, quartier par quartier, en multipliant les attentats suicides pour retarder leur défaite. Notre reporter Laurent HAMIDA s’est mêlé aux soldats de Misrata, à l’œuvre depuis 4 mois. Il a gagné leur confiance et vécu cette sale guerre à leur côté.

BIOPIC : HAKAN SUKÜR, TETE DE TURC de Mathieu Bonnet avec Alexandre Adam
Intéressons-nous à la nouvelle tête de turc du Président ERDOGAN. Si je vous dis Hakan SUKÜR, vous me répondez Galatasaray, joueur de légende, buteur historique. Ok ! Seulement saviez-vous que l’ex-star du football turc est un membre éminent de la confrérie de Fetullah GULEN. De quoi fâcher tout rouge le président turc qui a lancé un mandat d’arrêt contre le joueur, aujourd’hui exilé aux Etats-Unis. Les biens de sa famille ont été confisqués, et son père jeté en prison. Pourtant, il n’en a pas toujours été ainsi. Loin de là. Mais ça, c’était avant !

PEROU : DEFONCE D’ENTREE de Sonia Hedidi avec Paul Cabanis
On appelle ça faire des cures. Mais c’est loin de Vichy et ce n’est pas pour y consommer des carottes vapeurs. De plus en plus d’occidentaux en mal de transe et de transcendance partent au Pérou suivre des stages chamaniques. Les initiés explorent leurs limites en absorbant une décoction d’ayahuasca, une plante hallucinogène, utilisée dans la médecine traditionnelle locale. Au début, on rigole, puis on vomit avant d’embarquer pour un voyage psychédélique. Seulement, si ces séances sont très prisées, elles sont souvent mal encadrées et virent parfois au drame. Un Français est mort au cours d’une cession en 2011. Depuis, 10 autres touristes sont restés sur le carreau. Sans compter qu’on ignore les effets à long terme de ce psychotrope sur la santé.

ETATS-UNIS, UNE VIE EN ROUE ARRIERE de Yves Schaeffner avec Malo Delarue
Tandis que certains consomment des champignons, d’autres appuient dessus. A New-York, Baltimore, Philadelphie, New-Haven la guerre est déclarée entre les autorités et les conducteurs de motocross qui ont fait de la roue arrière, une nouvelle discipline sportive en milieu urbain. On les appelle les Dirty Bikers. Pour la police, ce sont des crétins décérébrés qui troublent l’ordre public. Pour les jeunes, ce n’est qu’un sport extrême comme les autres. Une pratique sauvage qui terrorise automobilistes et piétons mais impossible à stopper ?

Rédigé par LZDP

Publié dans #EffetPap, #Canal+

Commenter cet article