Soirée spéciale "Scandale des médicaments : A qui la faute" ce soir sur France 2

Publié le 16 Novembre 2016

Soirée spéciale "Scandale des médicaments : A qui la faute" ce soir sur France 2

Ce mercredi à partir de 20h55 et dans le cadre de « La soirée continue », France 2 proposera à ses téléspectateurs « Envers et contre tous », une fiction inédite primé au Festival de la Rochelle 2015, de Thierry Binisti, avec Cécile Bois et Loup-Denis Elion, traite des effets collatéraux de certains médicaments et lobbies pharmaceutiques.

Elle s’appelle Audrey, et c'est la mère célibataire d’Enzo, un ado prometteur en Sport Études qui se destine au rugby. Soucieuse du rhume de son fils, Audrey lui donne un comprimé censé le guérir. Peu après, Enzo fait un AVC et tombe dans le coma. Comment est-ce possible, lui qui était plein de vie ?

Audrey ne comprend pas, mais bientôt, des éléments d'explications apparaissent et lui permettent d'établir peu à peu des liens entre le médicament et l'AVC. Fraîchement éconduite par la chef du service de l’hôpital devant ses « élucubrations », Audrey n’a pas d’autres choix que d’employer la manière forte : faire appel à un avocat, si has been soit-il, pour aller au bout de cette affaire. Une enquête qu'elle décide de mener au péril de sa vie.

« Envers et contre tous » raconte la quête acharnée d’une femme pour faire la lumière sur les effets indésirables d’un médicament occultés non seulement par le laboratoire pharmaceutique qui le fabrique mais aussi par le corps médical. Quantité de questions se posent. L'occasion pour Julian Bugier d'ouvrir le débat après la diffusion du téléfilm, sur le thème : « Scandales des médicaments, à qui la faute ? ».

Rédigé par LZDP

Publié dans #France 2

Commenter cet article

larmes 17/11/2016 00:28

Très déçue de cette soirée ou je n'ai rien appris de nouveau ... le telefilm était 'hors réalité' la mère s'en sort bien, reçoit des soutiens de personnes à l'hôpital, ce qui ne risque pas d'arriver dans la vraie vie ... bref un 'vrai melo' qui finit bien bien sur ..
Quant au debat, pourquoi l'avoir diffuser en deuxième partie ??....
les témoignages des victimes étaient succints, elles auraient eu le droit à plus de temps de parole ... et chacun est resté dans son role bien defini surtout le representant des labos pharmaceutiques .. compatir c'est à la portee de tout le monde ce n'est pas tres engageant ...
Pourquoi dire à la femme victime du Distilbene qui a perdu deux enfants mais a pu en avoir deux autres .. qu'elle est handicapée ??... d'autres handicaps bien plus méchants provoqués par le distilbene le sont !!.. des malformations gynécologiques dont on ne parle toujours pas car elles dérangent ..??..
quant à la langue de bois dont je parle un peu plus haut, 'on ne peut pas attendre trop longtemps pour l'indemnisation' : ah bon ?? alors qu'attend t-on pour indemniser les victimes du Distilbene ??...
et faire en sorte qu'un procès au penal soit possible pour que reparation soit faite ??....

RoroMor77 16/11/2016 23:12

mon époux est mort en 2012 d'une HTAP du à la prise d'isoméride pendant de très nombreuses années à la demande de son pneumo..qui n'a jamais accepté le risque joué par l'isoméride, mauvais diagnostic "bpco"en 1992 et htap détectée en 2008.... que d'année perdue pour le soigner...