Soirée Gérard Depardieu avec un documentaire et un entretien avec Ali Baddou sur France 3

Publié le 14 Avril 2017

Soirée Gérard Depardieu avec un documentaire et un entretien avec Ali Baddou sur France 3

France 3 consacre ce soir sa soirée à Gérard Depardieu avec le documentaire « Gérard Depardieu, L’homme dont le père ne parlait pas" suivi d'un numéro spécial de "Drôle d'endroit pour une rencontre ».

« Gérard Depardieu, L’homme dont le père ne parlait pas » un documentaire de écrit par Gérard Miller et Coralie Miller.
Ce film se propose d’expliquer Depardieu par un autre bout que celui dont se saisissent habituellement les médias et l’opinion. Ecrit et réalisé par un psychanalyste, il tente une lecture à la fois originale et rationnelle de la problématique personnelle de Depardieu. Pour Gérard Miller, en effet, la réalité de « Pétarou » (son surnom d’enfant à Châteauroux), c’est d’abord la boussole qu’il a suivie tout au long de sa vie, celle de son propre désir. L’histoire que ce film raconte, c’est l’histoire de cet homme hors du commun que sa jouissance déborde. Ce film nous emmène dans l’envers du décor d’un homme qui se croit plus fort que tout, ne reculant devant aucune contradiction, aucun danger, jusqu’à rouler en scooter au bord du précipice. Un homme dont on croit savoir beaucoup parce qu’il se montre souvent, mais dont le paradoxe est justement d’avoir su se cacher… en pleine lumière. Un homme dont il faut parcourir les méandres de l’histoire comme de l’inconscient, pour avoir une chance de l’entrevoir dans sa réalité, c’est-à-dire au-delà de la mythologie qu’il a lui-même contribué à écrire.
La matière première du documentaire, ce sont les images d’archives, innombrables sur l'homme et les siens, mais ce sont aussi les témoignages de ceux qui l’entourent ou l’ont entouré, ceux qui comptent ou ont compté : Bertrand Blier, Sylvie Pialat, Karine Sylla (son ex-compagne et la mère de sa fille Roxane), Pierre Richard, Jean-Claude Carrière, Jean Benguigui, Marie Gillain, Serge Toubiana, le patron de la Cinémathèque française, etc.

Drôle d'endroit pour une rencontre, Gérard Depardieu est l’invité exceptionnel d’Ali Baddou.
Avec eux, le dessinateur Mathieu Sapin, auteur d’un Bande-Dessinée biographique intitulée Gérard et moi, 5 années dans les pattes de Depardieu qui parait aux Éditions Dargaud.
Cet acteur, rare à la télévision, a accepté pour Drôle d’Endroit pour une rencontre d’ouvrir les portes de son domicile parisien.

Gérard Depardieu c’est 50 ans de carrière et plus de 218 millions d'entrées cumulées au cinéma. Acteur fétiche de Pialat, Blier, Truffaut, cet homme est un hyper-émotif : « Si on connaissait la recette d’un rire ou d’une émotion, on le ferait. On est en nous. Qu’est-ce qu’il faut piocher, une humanité et un vécu. Un vécu qu’on exagère si on en a envie. C’est ce que j’appelle se transcender. Par exemple, quand je chante Barbara, je deviens Barbara ». Ces dernières années, ce sont surtout les « dérapages » de Gérard Depardieu qui ont occupés les Unes, mais c’est trop vite oublier son prix d’interprétation à Cannes et à la Mostra de Venise, ses deux César et son Golden Globe…

C’est une discussion à bâtons rompus qui s’installe entre Ali Baddou, Gérard Depardieu et Mathieu Sapin.

Les médias ? « Ce sont des espèces de grandes putes »

La Justice ? « Moi la justice a tué mon fils Guillaume. 2g d’héroïne 3 ans de prison. La juge d’application des peines si elle avait pu me mettre en taule aussi, elle l’aurait fait gentiment. Ils ont tué Guillaume. D’ailleurs je voulais déjà me barrer à ce moment-là ».

La Littérature ? « Il faut que je lise ceux qui ont été inspirés, l’admiration elle vient de tout ce qu’un livre t’apporte. J’ai vu la langue Française, les accents toniques, la respiration d’une phrase et c’est ce qui m’a sauvé ».

Se sent-il incompris, mal-aimé ? « Je n’ai pas besoin qu’on m’aime. Moi j’aime pas grand monde. Mais quand je dis ces mots là c’est parce que, justement, je les aime un peu ».

Mathieu Sapin, qui a passé 5 ans en immersion avec Gérard Depardieu, a la bonne formule pour le résumer : « Il n’est jamais en représentation. Ce qui l’intéresse c’est l’humain, les gens. Il peut s’éprendre aussi bien d’un éleveur de porcelets portugais que d’un chef d’Etat ».

Rédigé par Sarah

Publié dans #France 3

Repost 0
Commenter cet article