"Tampon, notre ennemi intime" au sommaire du Monde en Face ce soir sur France 5

Publié le 25 Avril 2017

Marina Carrère d'Encausse dans Le Monde en face (Crédit photo : Nathalie Guyon / FTV)

Marina Carrère d'Encausse dans Le Monde en face (Crédit photo : Nathalie Guyon / FTV)

Ce mardi à partir de 20h45, les téléspectateurs de France 5 pourront retrouver Marina Carrère d’Enchaussé aux commandes d’un nouveau numéro de magazine « Le Monde en Face » avec au sommaire "Tampon, notre ennemi intime", un documentaire d'Audrey Gloaguen et produit par Dreamway avec la participation de France Télévisions.

C’est un film coup de poing. Il dévoile la composition secrète d’un objet qui a participé à l’émancipation des femmes mais qui pourrait bien être aujourd’hui leur ennemi le plus intime : le tampon. Des analyses inédites ont été faites en laboratoire et elles révèlent des substances toxiques.

Pour la toute première fois, ce documentaire raconte la face cachée de ce produit qui semble anodin et qui est pourtant source de nombreuses inquiétudes. Les cas de chocs toxiques menstruels sont en effet en augmentation et les femmes qui ont frôlé la mort à cause d’un tampon n’hésitent plus à témoigner. Depuis trois ans, le professeur Gérard Lina - du Centre national de référence des staphylocoques de Lyon - cherche à comprendre les raisons de la recrudescence de cette grave maladie. Ce chercheur en microbiologie s’est lancé dans une délicate collecte de tampons usagés pour analyser ce qui favorise la prolifération du redoutable staphylocoque doré.

Car un véritable tabou entoure ce produit. Alors que les femmes utilisent en moyenne 11 000 tampons dans leur vie, impossible d’en connaître leur composition. Face à l’omerta des fabricants, les consommatrices réclament la transparence. Lancée l’été dernier, une pétition a déjà récolté en France près de 260 000 signatures. Aux Etats-Unis, un mannequin amputé à la suite d’un choc toxique menstruel a fait de son drame un combat pour obliger les fabricants à dévoiler ce que contiennent leurs produits.

Cet été, une étude inédite a également été lancée par le secrétariat d’Etat à la consommation : les résultats de ces tests - auxquels nous avons eu accès - ont mis à jour des composants toxiques. Parmi les plus inquiétants : les dioxines, classées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) parmi les 10 produits chimiques posant un problème majeur de santé publique. Les analyses réalisées par un laboratoire indépendant pour cette enquête ont également révélé la présence de phtalates, ces perturbateurs endocriniens bien connus. Les tampons ressembleraient à une poubelle chimique : nos tests révèlent en effet une vingtaine de composants.

À ce jour, il n’existe aucune étude d’impact des substances toxiques contenues dans les tampons sur la santé des femmes. Aux Etats-Unis, en Belgique, aux Pays-Bas ou en Afrique du Sud, ce documentaire d’investigation a mis en lien des travaux de scientifiques du monde entier pour tenter de déterminer leur degré de dangerosité. Endométrioses, fausses-couches… et si les tampons n’étaient plus des alliés pour les femmes mais des produits dont elles doivent se méfier ?

Après le documentaire, Marina Carrère d'Encausse propose un débat avec ses invités.

Rédigé par Jeremy

Publié dans #France 5, #LMEF

Repost 0
Commenter cet article