"Vietnam", série documentaire évènement diffusée dès ce soir sur ARTE

Publié le 19 Septembre 2017

"Vietnam", série documentaire évènement diffusée dès ce soir sur ARTE

Ce mardi, demain mercredi 20 et jeudi 21 septembre à 20h55, ARTE diffusera  « Vietnam », une série documentaire de 9 épisodes de 52 minutes (trois épisodes par soirée) de Ken Burns et Lynn Novick

Le réalisateur de The Civil War (sur la guerre de Sécession) puis de The War (sur la Seconde guerre mondiale), co-réalisé avec Lynn Novick, livre avec cette dernière une approche passionnante et inédite de la guerre du Vietnam. Une série documentaire d’une ampleur exceptionnelle.

Ken Burns et Lynn Novick nous font, pour la première fois, revivre la guerre du Vietnam au plus près de ceux qui l’ont vécue, Vietnamiens et Américains dans une fresque documentaire digne d’Apocalypse Now ou de Voyage au bout de l’enfer. En neuf épisodes, les réalisateurs retracent ces trente années de soulèvements et de destructions, cette tragédie aux dimensions épiques qui fit plus de trois millions de morts, à travers les récits intimes de près d’une centaine de témoins.

Simple militaire ou dirigeant, journaliste ou activiste, déserteur, diplomate ou soeur d’un soldat défunt, tous ont fait, observé ou subi cette guerre, mère de toutes les guerres modernes. Au cours d’un récit où le rythme s’accélère d’épisode en épisode, une foule d’archives inédites, fruit de 10 ans de recherche, de célèbres photos devenues emblématiques, de films amateurs ou d’enregistrements sonores qui dévoilent les coulisses de la Maison Blanche, racontent notre histoire commune.

L’histoire de la fin du colonialisme, de la montée en puissance de la Guerre Froide et de la victoire d’un peuple de paysans contre la machine de guerre la plus dévastatrice au monde. L’histoire d’une guerre qui a divisé l’Amérique et l’opinion mondiale pour toujours.

Épisode 1 - Indochine, la fin (1858 - 1961)
Au terme d’une guerre longue et brutale, les révolutionnaires indépendantistes du Viet Minh menés par Hô Chi Minh mettent fin à près d’un siècle de domination coloniale française. Les accords de Genève, signés après la chute de Dien Bien Phu en 1954, divisent le pays en deux. Au Nord, le Viet-Minh communiste, soutenu par la Chine et l’URSS veut réunifier le pays. Au Sud, pris dans la logique d’une Guerre Froide qui s’intensifie, les États-Unis apportent leur soutien au régime autocratique du président Diem. Début 1961, la ligne dure prônée par Le Duan, premier secrétaire du Viet-Minh, encourage la guérilla menée dans les zones rurales du Sud par le « Viet-cong ».

Épisode 2 - Insurrection (1961 - 1963)
Conseillé par le ministre de la Défense Robert McNamara, favorable au concept de « guerre limitée », le président Kennedy envoie des bataillons des forces spéciales combattre aux côtés de l’armée sud-vietnamienne l’insurrection Viet-cong, qui gagne du terrain. Il autorise aussi l’usage du napalm et de l’agent orange, un défoliant qui ravage les campagnes. Dans les villes, la contestation monte contre le régime corrompu du Président Diem, dont le frère, Nhu, réprime avec violence des manifestations bouddhistes. Washington s’en inquiète et Neil Sheehan, alors jeune reporter au Vietnam, est confronté à une réalité plus complexe que prévue. Fin 1963, Diem et Nhu sont renversés, puis exécutés, peu avant l’assassinat de Kennedy.

Épisode 3 - Le bourbier (janvier 1964 - décembre 1965)
Alors que le chaos menace à Saïgon, où huit gouvernements se succèdent en dix-huit mois, Hanoï et le Viet-cong multiplient les offensives dans le Sud. Le Président Johnson, qui hérite d’une situation complexe à la mort de Kennedy, réplique en lançant des raids aériens sur le Nord-Vietnam, puis, élu triomphalement fin 1964, envoie les premières troupes de Marines au Sud-Vietnam. Aux États-Unis, l’activiste Bill Zimmerman évoque les premières manifestations anti-guerre. L’opération Rolling Thunder, qui noie le Nord-Vietnam sous les bombes, alimente une opposition grandissante sur les campus universitaires. La mère et la soeur du jeune Denton « Mogie » Crocker racontent comment ce garçon passionné parvint à se faire enrôler à 17 ans. Fan d’Hemingway, la jeune Le Minh Kue a rallié l’armée nord-vietnamienne à 16 ans, après la destruction de son village par l’aviation américaine.

Rédigé par Jeremy

Publié dans #ARTE, #Actu TV

Repost 0
Commenter cet article