"USA : Quand la prison rend fou" dans "Etat de choc" ce soir sur W9

Publié le 5 Septembre 2017

Stéphanie Renouvin (Crédit photo : Nicolas Gouhier / W9)

Stéphanie Renouvin (Crédit photo : Nicolas Gouhier / W9)

Ce mardi à 20h55, W9 diffusera un nouveau numéro de « Etat de Choc », un nouveau magazine de grands reportages présenté par Stéphanie Renouvin, qui mêle découverte et sensations fortes qui aura pour thème ce soir : "USA : Quand la prison rend fou".

Dans les prisons américaines, les détenus les plus dangereux et imprévisibles sont placés dans des unités spéciales : les quartiers d’isolement. 23 heures par jour, ils sont enfermés dans leur cellule. Ils n’ont droit à rien ou presque. Seule activité autorisée : une heure de sport par jour, seuls, dans une cage et sous surveillance.

Aux États-Unis, plus de 80 000 prisonniers subiraient ce régime de détention hyper-strict et particulièrement difficile à supporter. Les quartiers d’isolement font polémique car bien souvent, ils ne servent à rien : les détenus en sortent encore plus enragés.

« État de choc » vous propose un document exceptionnel et inédit : une plongée sidérante au coeur du quartier d’isolement de la prison de haute sécurité du Maine, dans le Nord-Est du pays. Pendant six mois, une caméra a pu suivre le quotidien très éprouvant des gardiens mais aussi des prisonniers.

Parmi eux : Peter Gibbs, le détenu le plus redouté de toute la prison. Braquages, agressions, tentatives d’assassinat… Il a déjà passé 30 ans derrière les barreaux. Gordon Perry est un caïd multirécidiviste, pour le meurtre d’un policier, il a été condamné à la perpétuité. Todd Fickett, lui, est un détenu particulièrement fragile, pour un incendie volontaire qui n’a pas fait de victime, il a pris 15 ans de prison, placé à l’isolement, il fait tout pour pouvoir sortir de sa cellule et rejoindre les détenus ordinaires. Automutilations, tentatives de suicide… Les gardiens doivent le surveiller en permanence. Adam Brulotte, 21 ans, est un petit délinquant sans envergure. Pour une bagarre qui a mal tourné, il a écopé de 4 ans de prison et n’a pas su se tenir tranquille derrière les barreaux. La prison et le quartier d’isolement sont une grande première pour lui. Va-t-il tenir le coup ?

À la tête de la prison du Maine, Rodney Bouffard. Le directeur s’est lancé un défi fou : tenter de réinsérer ces détenus hyper-dangereux ou instables et réduire au maximum le nombre de prisonniers à l’isolement. Une politique qui n’est pas sans risque…

Rédigé par Jeremy

Publié dans #W9, #Actu TV

Repost 1
Commenter cet article