"Les enfants de Daech" au sommaire du Monde en Face ce soir sur France 5

Publié le 4 Octobre 2017

Marina Carrère d'Encausse (Crédit photo : Nathalie Guyon / FTV)

Marina Carrère d'Encausse (Crédit photo : Nathalie Guyon / FTV)

Ce mercredi à partir de 20h45, les téléspectateurs de France 5 pourront retrouver Marina Carrère d’Enchaussé aux commandes d’un nouveau numéro de magazine « Le Monde en Face » avec au sommaire "Les enfants de Daech" un film de Dorothée Lépine et Seamus Haley produit par Pac Presse et Trosième Oeil Productions avec la participation de France Télévisions.

Mars 2015, la réalité du terrorisme prend un nouveau visage, celui de Rayan, un enfant toulousain de 12 ans mis en scène dans une effroyable vidéo de Daech. Deux mois après Charlie Hebdo, la France encore sous le choc de la terreur, découvre qu’un de ses propres enfants a été transformé en bourreau par l’organisation de l’État Islamique. Dans une seconde vidéo diffusée au printemps 2016, deux autres enfants français exécutent de sang froid un prisonnier du groupe djihadiste. Combien d’enfants français vivent là-bas ? Quel est leur quotidien au sein de l’organisation terroriste ?

Moins de 24 heures après la diffusion de ces images, le Parquet de Paris ouvre une enquête pour apologie du terrorisme, assassinats en bande organisée et association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. À travers ces vidéos, Daech fait passer son message : Même si l’organisation perd du terrain militairement, sa future génération de combattants est en marche.

L’utilisation d’enfants dans les guerres n’est pas un phénomène nouveau mais Daech innove par l’ampleur de sa politique dévastatrice.
De Mossoul à Raqqa l’école n’est plus qu’un vaste programme d’endoctrinement religieux. Dès l’âge de neuf ans, les plus jeunes sont envoyés dans des camps d’entrainement pour y être formés au combat et aux tactiques militaires, ce sont les « lionceaux du Califat ». Des enfants préparés pour se faire exploser.

Nous avons rencontré des enfants français, irakiens ou syriens qui ont vécu sous le régime du Califat. Parmi eux, Fallah,10 ans, entrainé et préparé à tuer. D’autres sont devenus des espions au service des djihadistes, comme Ahmed, le cadet d’une fratrie de trois enfants. À 7 ans, il devait surveiller des membres de sa famille, au risque de les envoyer à la mort. Le jeune Ali quant à lui, ne s’est pas remis de l’attaque suicide perpétrée par son copain. Ce documentaire permet de comprendre au mieux les mécanismes de l’enrôlement et les traumatismes qu’ils engendrent chez les plus jeunes.

Environ 500 mineurs français vivent au sein de l’organisation Etat Islamique, un tiers est né sur place, en Irak ou en Syrie. Les enfants entraînés et enrôlés par Daech représentent des bombes à retardement selon nos services de sécurité. La question de leur retour préoccupe en haut lieu. Comment prendre en charge ces individus qui, dès leur plus jeune âge ont été élevés dans l’extrême violence et la haine des valeurs occidentales ? Face au phénomène, les autorités sont prises au dépourvu. Rien n’est prévu du côté de la justice non plus.

Dans ce documentaire, plusieurs personnalités apportent leur expertise et leur éclairage : Boris Cyrulnik, psychiatre et psychanalyste, Erroll Southers, directeur « Violent Extremism Studies » et expert émérite américain en contre-terrorisme, Nikita Malik, chercheuse « Quilliam Foundation », Fabrice d'Almeida, historien spécialiste de l’Allemagne et de la propagande par la manipulation, Pierre Duterte, médecin thérapeute et Fabienne Klein-Donati, procureure de la République de Bobigny.

Un débat de 40 minutes avec quatre invités proposé par Marina Carrère d'Encausse suivra la diffusion de ce documentaire.

Rédigé par Jeremy

Publié dans #France 5, #LMEF, #Actu TV

Repost 0
Commenter cet article