"Notre-Dame, un an après", document inédit ce dimanche sur TF1

Publié le 12 Avril 2020

"Notre-Dame, un an après", document inédit ce dimanche sur TF1

Dans le cadre de sa case "Grand Reportages", TF1 diffusera le dimanche 12 avril à 13h30 "Notre-Dame, un an après", un film de Laurent Fléchaire.

Il y a un an l’incendie de Notre-Dame de Paris provoquait une vague d’émotion à travers la France. Emotion parmi les religieux, les chrétiens mais pas seulement. Pour certains, au-delà d’un lieu de culte, c’est une partie du patrimoine français qui partait en fumée. Pour comprendre pourquoi, sans faire de victimes, cet incendie a tant choqué les Français, pendant un an, nous avons suivi ceux qui ont été les plus profondément touchés : ceux qui à l’intérieur de la cathédrale, se sont mis en tête de tout reconstruire, et ceux qui vivaient pour Notre-Dame et qui se retrouvent aujourd’hui à l’extérieur, exclus de leur propre monde. Grâce à eux et avec des accès exceptionnels, nous avons pu suivre, de l’intérieur, la sécurisation puis le début du chantier de Notre-Dame.

Ce chantier est tout sauf ordinaire. Philippe Villeneuve, l’architecte en chef, a la rosace de Notre-Dame tatouée sur le cœur. Il veillait déjà sur Notre-Dame avant l’incendie et le destin lui a donné une mission inimaginable : sauver celle qu’il aime : «  Je ne dors plus, je ne pense qu’à ça. Oui, je ne vis que pour ma cathédrale. Quand j’étais gosse, j’étais déjà fou de Notre-Dame, j’avais une maquette dans ma chambre. Alors, je me dis que toute ma vie d’avant l’incendie, m’a préparé à vivre ce moment que je vis aujourd’hui »

Les cordistes sont des hommes forts et agiles qui passent leur temps en suspension dans les airs. Ils vont être en première ligne pour enlever l’échafaudage brûlé et soudé par l’incendie qui pèse 300 tonnes et dont les tubes cassent comme du verre. Personne ne sait comment va réagir cet espèce de mikado géant. Grégory Vacheron, le chef des cordistes : «  Je n’ai jamais fait ça, moi. M’attaquer à un truc aussi instable, c’est inédit ! »

Monseigneur Chauvet, donnait la messe tous les soirs à Notre-Dame, son presbytère était accolé à la cathédrale et il se retrouve aujourd’hui du mauvais côté des palissades. C’est le premier des bannis. Mais il veut reprendre pied sur le parvis en y installant la statue de la Vierge qui trônait avant dans Notre-Dame. «  Les touristes qui viennent à Paris, ils veulent voir Notre-Dame, pas des palissades ! Il faut redonner vie à ce parvis. Là, il est vide, regardez, c’est triste à en pleurer ! »

Sur l’île de la Cité, Farid et Georges travaillent dans le même restaurant depuis 20 ans et habitent le même immeuble dont les fenêtres donnent sur Notre-Dame. Georges est le patron, Farid le serveur. Le 15 avril 2019 « C’était horrible, on sentait la chaleur même la fenêtre fermée.». Depuis, Farid évite de regarder Notre-Dame par sa fenêtre «parce que ça me rappelle des mauvais souvenirs ».

Christophe Rousselot dirige la fondation Notre-Dame, et sa vie a elle aussi été transformée par l’incendie. Il voit se démultiplier les dons mais aussi les besoins en argent frais que les travaux réclament. Aujourd’hui, il va à Genève à l’occasion de la vente aux enchères au profit de Notre-Dame d’une médaille en or extraordinaire estimée à au moins 50 000 euros. On va savoir si le soufflet de l’émotion est retombé un an après l’incendie. Un acheteur potentiel entre dans la salle des ventes « Je suis un impulsif. C’est dangereux quand on vient dans une vente aux enchères ? Non ?  »

Rédigé par Sarah

Publié dans #Actu TV, #TF1

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article